Gaston arrache son billet au super tie-break

Gaston

Un an et demi après, la magie d’Hugo Gaston opère toujours Porte d’Auteuil. Parvenu en huitièmes de finale en octobre 2020 lors d’une édition disputée en pleine pandémie de Covid-19 qui avait vu le jeune joueur de poche toulousain (il mesure 1,73 m) de 21 ans se hisser en deuxième semaine après des exploits aux dépens der Stan Wawrinka notamment, Gaston s’est offert une sorte de flashback, ce mardi au premier tour de Roland-Garros en enflammant de nouveau le public (du court Suzanne-Lenglen), sous le charme de celui qui pratique un tennis qui n’a rien à voir avec celui des autres.

Alex De Minaur était prévenu. Cela n’a pas empêché l’Australien classé au 20eme rang mondial et tête de série n°19 de ce Roland-Garros de tomber à son tour dans le piège (défaite au super tie-break 4-6, 6-2, 6-3, 0-6, 7-6 et 10 points à 4 après 4h02 de jeu) comme avant lui Arthur Rinderknech, Pablo Carreno Busta et Carlos Alcaraz non loin de là, à l’AccorArena. Car le protégé de Marc Barbier n’a pas que la particularité de proposer un jeu très atypique fait de toucher, de coups de pattes et d’amorties à n’en plus finir. Si « Hugod » est aussi aimé par le public parisien, il le doit précisément à sa capacité à s’exprimer essentiellement lorsqu’il joue dans la capitale.

Gaston revient de nulle part

Le huitième de finaliste de Roland-Garros 2020 (défaite en cinq sets contre un Dominic Thiem encore au sommet de son art) et quart de finaliste du dernier Bercy (défaite très serrée contre Daniil Medvedev) l’a encore démontré mardi en devenant le deuxième joueur de l’histoire du tournoi à arracher sa victoire au super tie-break (10-4) après l’Argentin Carabelli dimanche. Le tout face à un joueur qui avait été tout près (il a servi deux fois pour le match) de faire chuter Alcaraz à Barcelone. De Minaur se trouvait alors déjà dans les cordes, presque KO après avoir vu le Français classé au 74eme rang à l’ATP rejaillir de sa boîte alors qu’il venait d’encaisser un 6-0 dans le quatrième set et avait également perdu les trois premiers jeux du cinquième (3-0).

Pour beaucoup de joueurs, l’affaire aurait été pliée. Pas pour cet incroyable Hugo Gaston qualifié pour la deuxième fois de sa vie pour le deuxième tour (il affrontera un inconnu : le lucky loser argentin Pedro Cachin)après avoir ajouté une troisième victoire en cinq sets à son compteur parisien, pile le jour de l’anniversaire de sa compagne Laetitia. Le Toulousain fait décidément les choses bien.


>