ATP : Mina, 29 ans, met un terme à sa carrière


Gianni Mina, 29 ans et déjà retraité ! L'Equipe nous apprend ce jeudi alors que se déroulent actuellement les qualifications de Roland-Garros sur les courts de la Porte d'Auteuil que celui qui avait un temps été annoncé comme un grand espoir du tennis français, et même notre futur numéro 1 pour certains spécialistes, avait décidé de rendre son tablier avant même ses 30 ans (il les aura le 9 février prochain). « Mentalement, je n’ai plus l’énergie », avoue le Guadeloupéen aux mêmes initiales que Gaël Monfils et aux faux airs du numéro 15 mondial, handicapé depuis près de deux ans par des maux de dos, au point de ne même plus pouvoir trottiner. Mais si c'est aujourd'hui une discopathie active qui le contraint à raccrocher, Mina avait eu droit les années précédentes à un peu toutes les blessures dont peut souffrir un tennisman, de l'un de ses poignets opérés il y a trois ans aux cervicales en passant par la hanche, le pied, les abdominaux ou le genou. Le finaliste à Paris chez les juniors en 2009 (il s'était incliné contre le Suédois Daniel Berta en trois sets) - une même année 2009 qui l'avait vu remporter l'Orange Bowl - a donc préféré en rester là et mettre un terme à une carrière qui n'aura jamais décollé. Au mieux 219eme mondial (en 2015), le natif des Abymes n'a d'ailleurs jamais réussi à intégrer le Top 200 et à faire mieux que ce match pour lequel il a attiré à lui tous les feux des projecteurs.

Mina, des études aux... études





A savoir cette fameuse rencontre du 25 mai 2010 sur le court Suzanne-Lenglen face à Rafael Nadal. Ce jour-là, le déjà maître des mieux n'avait laissé que six jeux (6-2, 6-2, 6-2) à Mina, alors en pleines révisions du... bac ES. Pourtant, la résistance du jeune lycéen de 18 ans avait touché en plein coeur les supporters français, qui n'avaient pas hésité à en faire dans la foulée et leur nouveau chouchou et leur futur héros. Beaucoup avaient compris deux ans plus tard en voyant le joueur à la prise de raquette extrêmement fermée qu'ils s'étaient peut-être emballés trop vite. Mina allait tout tenter pour leur donner tort, quitte à s'exiler en Floride pour tenter d'enfin lancer sa carrière. Mais rien n'y a fait et l'autre « GM » du tennis, retombé très vite complètement dans l'anonymat et l'obscurité des divisions parallèles, n'a eu d'autre choix que de reprendre ses études, comme pour mieux boucler la boucle. Le futur grand espoir d'un jour a été nommé récemment chargé de stratégie commerciale dans le cadre d'un contrat d'alternance à la FDJ. Le tennis, en revanche, c'est bien fini. Les mauvaises langues diront qu'il n'a jamais vraiment commencé pour Gianni Mina.

>