Premier League (J22) : Manchester City écœure Chelsea

Un remake de la dernière finale de la Ligue des Champions se jouait ce samedi à l’Etihad Stadium. Comme en mai dernier, la bataille a été disputée, mais contrairement à ce qui avait été le cas à Wembley ce sont les Sky Blues qui ont remporté la mise. Dominateurs durant une grande partie de la rencontre, les leaders de la Premier League ont une petite victoire par le plus maigre des écarts (1-0) grâce à une réalisation de Kevin De Bruyne.

Et la lumière est venue de De Bruyne


On jouait la 70e minute lorsque le capitaine de Man City a pris les choses en main. La différence n’ayant pas pu être faite sur des séquences collectives, le Belge a pris l’initiative de tenter une action individuelle. Et ce fut payant. Après avoir été servi à 40 mètres des buts par Joao Cancelo, il a percé plein axe en résistant notamment à N’Golo Kanté avant de décocher un tir imparable du droit. Kepa Arrizabalaga n'a rien pu faire sur ce coup.

Le portier espagnol a dû s’incliner, alors qu’il avait jusque-là été parfait sur sa ligne. En première période, il avait repoussé l’échéance en intervenant sur plusieurs occasions adverses. Il a frustré successivement Stones (19e), De Bruyne (24e) et Grealish (40e). Avec ses sauvetages, il a démontré qu’il pouvait parfaitement suppléer le titulaire au poste Edouard Mendy (parti à la CAN).

Des Blues inoffensifs


Seul, le gardien espagnol ne pouvait pas tout faire cependant. A force de plier, son équipe a fini par rompre. Les Blues n’ont pas eu leur solidité habituelle défensivement et devant ils ont été incapables de se montrer dangereux. Romelu Lukaku a été le seul à faire parcourir un frisson dans la surface adverse, avec une frappe non cadrée en début de seconde période (48e).

Au final, et même si le score ne le laisse pas deviner, c’est donc assez logiquement que Manchester City est sorti victorieux de ce duel. Même privé de son meilleur buteur Riyad Mahrez, le champion d’Angleterre en titre conforte sa position de leader. Avec 13 points d’avance désormais sur son rival du jour, la formation des Eastlands est bien partie pour conserver son bien national.

>