Premier League : Enfin la bonne année pour Tottenham ?

Reuters

Cette saison 2020/2021 serait-elle enfin celle d'un sacre pour Tottenham ? On aurait peut-être tendance à dire oui au regard des profonds changements en cours au sein du club de Londres. Après José Mourinho, censé donner une nouvelle identité de jeu aux Spurs mais limogé en avril dernier, Ryan Mason, l'entraîneur des U19, avait terminé le job en plaçant l'équipe à la 7eme place du championnat. En plus de cette position plutôt décevante, Tottenham a enchaîné les déconvenues, que ce soit en finale de la Carabao Cup contre Manchester City (1-0) mais surtout en Ligue Europa où les hommes du président Daniel Lévy ont été éliminés dès les huitièmes de finale contre le Dinamo Zagreb (2-0 à l'aller, 0-3 au retour).

La saison très moyenne voire en-deçà des objectifs des Spurs, a conduit ses dirigeants à revoir leur copie à l'intersaison. Et après avoir écumé les noms potentiels, les Londoniens ont validé la venue du technicien de Wolverhampton, Nuno Espirito Santo. Le Portugais de 47 ans a rejoint la formation anglaise alors en Championship en 2017, après deux expériences à Valence et à Porto. Sacrés dans la foulée et promus en Premier League, les Wolves ont ensuite enchaîné deux magnifiques saisons marquées par deux Top 10 (7eme) et deux participations à la Ligue Europa. Même si l'exercice 2020/2021 n'a pas été aussi bien réussi, Nuno Espirito Santo a toujours conservé un fort crédit et la proposition londonienne peut lui permettre de prendre une nouvelle dimension avec plus de moyens.

Du mouvement chez les Spurs

« J'ai déjà parlé de la nécessité de revenir à notre ADN de base de football offensif, divertissant et Fabio (Paratici, nouveau directeur sportif) et moi pensons que Nuno est l'homme qui peut prendre en main notre talentueuse équipe, faire évoluer nos jeunes joueurs et construire quelque chose de spécial, racontait le président Daniel Lévy au sujet de Nuno. Son arrivée à Tottenham actée fin juin, le technicien portugais a déjà entamé la profonde transformation du club où il souhaite pratiquer le même jeu qu'à Wolverhampton avec de la vitesse et de l'explosivité offensive. En ce sens et pour coller au principe du nouveau coach, les Spurs ont procédé à plusieurs changements au sein de ses rangs.

Exit certains cadres « vieillissants » comme le défenseur Toby Alderweireld, transféré au Al-Duhail SC au Qatar ou Erik Lamela, incorporé dans un échange avec Séville FC contre Bryan Gil (20 ans). Le club londonien a aussi réussi à récupérer en prêt, Pierluigi Gollini (26 ans), le portier de l'Atalanta Bergame pour mettre en concurrence le capitaine Hugo Lloris. Seule grosse interrogation pour l'entraîneur et même pour tout le club : l'avenir d'Harry Kane. Nuno Espirito Santo a d'emblée écarté la possibilité de voir l'avant-centre anglais s'en aller.

« Harry est notre joueur, point final, a rétorqué le technicien. Harry doit maintenant récupérer physiquement et, quand il reviendra, nous aurons du temps pour discuter. » Si Kane venait à rester, pour renforcer son effectif, Tottenham serait en pôle pour recruter Cristian Romero, le stoppeur de l'Atalanta Bergame, élu meilleur défenseur de Serie A l'an passé. En cas d'échec, Kurt Zouma (Chelsea), Takehiro Tomiyasu (Bologne) ou le Serbe Nikola Milenković (Fiorentina) sont des cibles potentielles. De quoi redonner peut-être un peu de joie aux supporters des Spurs.


>