Premier League - Ces Reds que l’Angleterre ne veut pas voir triompher

Reuters

A l’été 2018, le Daily Mirror avait lancé un grand sondage avec les autres journaux de son groupe, afin de savoir quel était le club le plus détesté de la Premier League. Chelsea (68,7%) était arrivé en tête, juste devant Manchester United (68,1%), Liverpool (52,8%) complétant le podium. Un statut plutôt récent pour les Blues et leurs supporters, parfois surnommés "plastic fans", qui daterait de l’arrivée en 2003 de Roman Abramovich, et ses investissements massifs. Les Red Devils paieraient eux essentiellement leur longue domination sur le football anglais, durant le règne d’Alex Ferguson.

Et les Reds alors ? A l’étranger, Liverpool, qui compte de (très) nombreux supporters à travers le monde, a une image très positive, qui n’a fait que se renforcer depuis l’arrivée de Jürgen Klopp. Car l’entraîneur allemand a composé une vraie équipe, avec des joueurs complémentaires, plutôt que d’aligner des noms ronflants comme certains de ses concurrents. Et puis l’ambiance d’Anfield, avec l’iconique hymne du club ("You’ll Never Walk Alone"), est particulièrement réputée. Mais en Angleterre, les champions d’Europe ne manquent pas de détracteurs.

 

Cheyrou : "Beaucoup de rivalités"


"Sur le plan national, il y a beaucoup de rivalités, que ce soit avec Everton, les clubs londoniens et surtout Manchester United. Mais je me suis surtout rendu compte de la popularité du club à l’international. En 2003, on a fait l’une des premières tournées promotionnelles d’été, à Hong Kong et en Thaïlande. Et je me souviens qu’à Bangkok, on ne pouvait pas sortir de l’hôtel parce il y avait plusieurs centaines de personnes qui nous attendaient", se rappelle l’ancien Red Bruno Cheyrou.

Une ferveur démesurée, parfois extrême, que partagent de nombreux supporters de Liverpool. Et qui peut agacer leurs homologues des autres clubs, également lassés de les entendre parler encore et encore de leurs succès passés, notamment sur la scène européenne. Des rivalités domestiques d’ailleurs criantes le 29 février dernier, lorsque Watford a mis fin à la série d’invincibilité des Reds (3-0). Une défaite qui a évidemment ravi Arsenal, dont le record de la saison 2003-04 tient toujours, et du côté de Manchester United, son ancien défenseur Gary Neville fêtant même ça au champagne. Mais les autres supporters n’étaient pas en reste, comme en 2014, quand la fameuse glissade de Steven Gerrard avait offert à Demba Ba et à Chelsea ce titre qui leur échappe depuis 1990. Et que les Reds pensaient enfin avoir conquis, avant l’interruption de cette saison 2019-20 en raison de la crise sanitaire. Une malédiction que beaucoup n’ont pas manqué, une nouvelle fois, de cruellement souligner…