Manchester City : Guardiola répond à Solskjaer

Reuters

Ce mercredi soir, à partir de 21 heures, Manchester United accueille le grand rival de Manchester City à Old Trafford, en match en retard de la 31e journée de Premier League. Avec encore trois rencontres à disputer dans cette compétition pour les deux équipes une fois le derby achevé, les enjeux sont colossaux pour ses deux protagonistes: le podium pour les Red Devils, et la lutte pour le titre concernant les Citizens. Ce duel entre les deux rivaux historiques s'annonce donc déterminant et devrait logiquement focaliser une bonne partie de l'attention de la planète foot. En revanche, il ne faut pas forcément s'attendre à du grand spectacle si l'on en croit Ole Gunnar Solskjaer.

Lors de sa conférence de presse d'avant-match, le coach de MU a ouvertement remis en cause certains principes que prônerait le tenant du titre. "Il y a aura des fautes. Ils vont vous casser les chevilles et vous donneront des coups de pied", a expliqué le successeur de José Mourinho. C'est en substance le message qu'il a fait passer à ses joueurs en interne, afin de les alerter sur un procédé qui serait propre à la troupe menée par Josep Guardiola. Le Catalan serait ainsi un apôtre des fautes commises pour bloquer les mouvements adverses dans le cas où son propre bloc ne serait pas assez bien positionné. "Est-ce qu'il a dit ça ? Il a vraiment dit ça ?", a rétorqué, apparemment très surpris, celui qui est ciblé par ces critiques.

"Avec une possession de balle de 65% ou 70%, comment fait-on tout cela ?", a-t-il finalement enchaîné. Car il est reproché aux Citizens de commettre de trop nombreuses fautes tactiques, ce que refuse ouvertement l'ancien coach du Bayern Munich ou du FC Barcelone. "Dans le football, on le fait parfois parce que tout va trop vite. Mais je n'ai jamais dit que nous devrions le faire pour sanctionner l'adversaire ou l'empêcher de nous mettre en défaut, renchérit-il. Je n'aime pas ça. En dix saisons passées à entraîner, je n'ai jamais préparé un match de cette façon". Mais selon "Pep", son homologue norvégien n'a délivré un tel message que dans le seul but, celui d'influencer le corps arbitral appelé à diriger cette rencontre sous haute tension. Avec les effets escomptés ?

Pour Guardiola, Old Trafford ne fait plus peur à City