Open d’Australie : Djokovic n'a pas été écouté


Il aura au moins eu le mérite d'essayer… Novak Djokovic s’est vu refuser les propositions qu’il avait faites dimanche afin d’améliorer les conditions de vie des joueurs et joueurs qui sont actuellement en quarantaine dans des hôtels à Melbourne. Alors que le Serbe est quant à lui en quarantaine à Adelaide, tout comme Rafael Nadal, Dominic Thiem, Ashleigh Barty, Simona Halep et Naomi Osaka (les trois meilleur(e)s joueurs et joueuses du monde), il avait demandé au président de la Fédération australienne de tennis des faveurs pour ses collègues placés à l’isolement à Melbourne, dont 72 d’entre eux auront même interdiction de sortir de leur chambre pour aller s’entraîner (contrairement aux autres, qui ont le droit de sortir cinq heures) pendant deux semaines en raison de cas de coronavirus détectés chez un ou plusieurs passager(s) de leur vol à destination de Melbourne.

"Un non ferme"


Le n°1 mondial avait demandé que du matériel de fitness et d’entraînement soit livré dans chaque chambre à Melbourne, ainsi que de la nourriture décente (les photos de plateaux-repas postés par certains joueurs ne sont en effet pas très dignes de sportifs de haut niveau), que la quarantaine stricte pour les 72 joueurs soit réduite si leurs tests s’avèrent négatifs, que les coachs ou entraîneurs physiques puissent rendre visite à leurs joueurs et qu’ils logent au même étage, et enfin que le plus de joueurs possibles soient logés dans une maison privée avec un court. Mais il n’a pas été entendu.

Emma Cassar, la commissaire à la quarantaine de Covid-19 de l'Etat de Victoria, a répondu par un « non ferme » au joueur serbe, sur une radio australienne. Les joueurs et joueuses vont donc devoir prendre leur mal en patience jusqu’au 29-30 janvier, en s’entraînant comme ils peuvent dans leur chambre et en mangeant les plateaux repas peu rafinés de leur hôtel.


>