Open d’Australie : Certains non-vaccinés pourraient finalement jouer

Les autorités australiennes, aussi bien politiques que sportives, avaient été claires. Tout joueur non vacciné complètement contre le coronavirus ne pourra pas disputer l’Open d’Australie, qui aura lieu du 17 au 30 janvier prochain. Finalement, à un peu plus d’un mois du coup d’envoi de la première levée du Grand Chelem, l’espoir renait pour les joueurs qui n’ont toujours pas été vaccinés et qui s’apprêtaient peut-être à tirer un trait sur l’un des quatre Majeurs de la saison. L’Equipe s’est en effet procuré un document dans lequel les organisateurs de l’Open d’Australie expliquent aux joueurs que ceux qui ont été touchés par le covid après le 31 juillet pourraient être autorisés à jouer quand même, car la vaccination peut être différée jusqu’aux six mois après l’infection. Cela concerne par exemple Carlos Alcaraz, testé positif juste avant la phase finale de la Coupe Davis, ou Aryna Sabalenka, qui a contracté la maladie juste avant Indian Wells, ou encore Sofia Kenin, positive juste avant l’US Open, même si cela n’empêche pas que ces trois joueurs aient été vaccinés avant ou après.
 
 

Rien de nouveau pour Djokovic


L’autre raison qui pourrait permettre de disputer l’Open d’Australie sans avoir été vacciné complétement serait d’avoir été durement malade suite à une première dose, qui a nécessité « une hospitalisation ou entraîné une incapacité significative, en ayant été signalé à un système gouvernemental de surveillance. » "Cela concerne une maladie cardiaque inflammatoire au cours des trois derniers mois (myocardite ou péricardite), un rhumatisme articulaire aigu ou une insuffisance cardiaque aiguë", poursuit le document. La grande question du moment étant de savoir si le n°1 mondial et nonuple vainqueur de l'Open d'Australie Novak Djokovic, qui ne souhaite, a priori, pas se faire vacciner, sera du voyage à Melbourne, ces deux critères ne semblent pas le concerner. Le Serbe a en effet déjà été touché par le coronavirus, mais c'était en juin 2020, lors du désormais fameux "Adria Tour", le tournoi qu'il avait organisé pendant la pause du circuit ATP et qui s'était transformé en cluster.

>