Open d'Australie : Caroline Garcia met en avant son statut pour parler de son élimination

Icon Sport

Caroline Garcia ne verra pas les quarts de finale de l'Open d'Australie pour la première fois de sa carrière après son élimination cette nuit face à la Polonaise Magda Linette (7-6(3), 6-4). Tandis que la 4e mondiale au classement WTA avait une vraie chance de remporter son premier Grand Chelem de sa carrière, elle n'aura pas réussi à gérer ses émotions cette nuit en 8e de finale et elle l'a fait savoir devant les médias après ce revers plus que décevant. Comme relayé par nos confrères de RMC Sport ou encore de l'Equipe, Garcia a mis en avant le fait de n'avoir pas su gérer la pression, mais aussi son nouveau statut depuis l'US Open qui n'est pas simple à gérer. Victorieuse du Masters de Fort Worth en fin de saison, Garcia sait qu'elle a pris une autre dimension mais elle admet avoir du mal à le gérer pour le moment.

 

Une question de statut ?

 

Apparue sous tension lors de ce 8e de finale face à une 45e mondiale qui n'avait rien à perdre, Garcia était mécontente après le match. "Je suis très déçue de perdre. Tu rentres sur le court pour faire un bon match et aller chercher la victoire. Ce n’est pas ce que j’ai réussi à faire malgré pas mal d’opportunités dans le premier set. J’ai eu du mal à garder mes émotions sous contrôle, à maîtriser tout ça et mettre mon jeu en place. Je ne vais pas dire que c’est une surprise de ne pas avoir réussi à le faire aujourd’hui puisque j’ai eu du mal à le faire lors des matchs précédents. J’ai souvent gagné en me battant mais aujourd’hui ça n’a pas suffi. Elle a été solide et a été chercher son match à des moments importants", a-t-elle d'abord balancé, avant de poursuivre au sujet de la pression concernant son nouveau statut.

"C’est un des paramètres avec lequel je suis moins à l’aise. Il faut que j’arrive à travailler là-dessus pour mieux le gérer. Je fais une deuxième semaine en étant pas très bien tous les genres. C’est une expérience à prendre pour réussir à me libérer de plus en plus et avoir le bon état d’esprit. Il y a déjà la pression que tu te mets à toi-même. Et quand le classement monte, ça (la pression) monte avec. Mes propres attentes sont assez hautes et c’est peut-être là que je me tire une balle dans le pied. Il faut que je trouve la bonne balance", estime une Garcia qui va maintenant tâcher de digérer au mieux cette élimination afin de ne pas revivre la même désillusion à Roland-Garros fin mai prochain.


>