NFL : Les Steelers, une invincibilité en trompe-l’œil ?

Wesley Hitt / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

Il s’en ait fallu de peu ce week-end pour que Pittsburgh tombe à Tennessee (24-27). A un dernier coup de pied manqué par Stephen Gostkowski pour envoyer les deux équipes dans une prolongation indécise. Un match aux deux visages pour Pittsburgh qui a pu inquiéter ou rassurer, selon que l’on voit le verre à moitié vide ou plein, les supporters des Steelers. Pour la première fois de la saison, la franchise de Ben Roethlisberger défiait un candidat déclaré aux Playoffs et ce que l’on a vu à Nashville n’a pas ôté tous les doutes concernant la franchise étoilée.

Un calendrier très clément

Pour Pittsburgh (6v - 0d), Tennessee était cette saison son deuxième adversaire seulement avec un bilan positif au moment de la rencontre. Avant les Titans, les Giants, les Broncos, les Texans, les Eagles et les Browns avaient mordu la poussière contre les Steelers. Pas des foudres de guerre et encore moins des formations visant les Playoffs. A vrai dire, cela devrait être un avant-goût du calendrier de Pittsburgh jusqu’à la fin de la saison puisqu’hormis Baltimore (X2), les Bills et Indianapolis, l’équipe de Mike Tomlin n’affrontera que des escouades aux faibles ambitions : Dallas, Cincinnati (X2), Jacksonville, Washington et Cleveland (sans Odell Beckham Jr.). Le bilan cumulé de ces franchises à l’heure actuelle ? 11 victoires pour 23 revers.

Et maintenant, les Ravens !

Reste donc Baltimore et le MVP en titre Lamar Jackson (5v - 1d). Deux duels de division historique au sommet de la NFC Nord et une double confrontation qui va en dire un peu plus sur les forces et faiblesses identifiées de la franchise aux six titres qui possèdent jusqu’à présent le deuxième meilleur différentiel de points marqués/points encaissés cette saison (10.8). Signe que malgré un calendrier facile, Pittsburgh, meilleure défense de la Ligue aux yards concédés (1718) et capable d'éteindre Derrick Henry la semaine dernière, est resté sérieux face à une opposition faiblarde. Il en faudra tout de même un peu plus contre les Ravens.

Pittsburgh Steelers