"Vexés", les Bulls peuvent-ils renaître ?

Reuters

Pour la troisième année consécutive, les Bulls ne participeront pas aux play-offs. Comme les Hornets, les Knicks, les Pistons, les Hawks et les Cavaliers à l’Est, ainsi que les Timberwolves et les Warriors dans la conférence Ouest, la franchise de Chicago n’a pas été invitée à participer au redémarrage de la saison, à partir du 30 juillet au Disney World d’Orlando. Et ses joueurs ont du mal à accepter qu’ils ne font pas partie des 22 meilleures équipes de la NBA, et qu’ils pourraient devoir attendre au final neuf mois avant de pouvoir disputer à nouveau un match officiel, lors de la prochaine saison. Même si une deuxième "bulle" à Chicago est évoquée pour accueillir les 8 équipes non conviées en Floride.

"Ça craint. Bien sûr, la situation est bizarre, avec tout ce qu’il se passe actuellement, mais c’est aussi vexant. On n’était même pas assez bon pour participer aux barrages, ce qui montre juste que l’on doit faire beaucoup de choses différemment pour y arriver", a récemment reconnu Zach LaVine lors d’une conférence téléphonique. Une critique à destination de l’entraîneur Jim Boyden, qui affiche un bilan de 39 victoires pour 84 défaites depuis son arrivée sur le banc en novembre 2018 ? "Ce n’est pas à moi de juger, répond le meilleur marqueur des Bulls (25,5 points). Je pense, et je sais, qu’il fait de son mieux. (…) Mais je laisse ces décisions aux dirigeants. Ce n’est pas mon rôle."

 

Markkanen a regressé


Un rôle qui est désormais celui d’Arturas Karnisovas, nommé vice-président en avril. Mais l’ancien ailier choletais ne veut pas se presser. D’autant plus qu’il n’a pas pu vraiment voir comment Boyden travaillait, puisque les Bulls sont en vacances et ne rejoueront de sitôt. Mais certains joueurs n’auraient pas manqué de critiquer ce coach aux méthodes un peu « old school ». "Je n’ai pas encore vu Boylen, confiait le Lituanien le mois dernier à NBC Sports. Et je sais que les médias sont impatients d’en savoir plus sur le futur des Bulls. Je le comprends. Mais je mets un point d’honneur à longuement réfléchir avant de prendre mes décisions."

Karnisovas va également devoir se pencher sur le cas de Lauri Markkanen, qui a régressé pour sa troisième saison NBA (14,7 points et 6,3 rebonds de moyenne), et ne semblait pas vraiment à l’aise dans le système de Boyden, qui l’a aussi beaucoup laissé sur le banc. "On a beaucoup de temps avant la reprise, on va mettre quelque chose en place pour lui", assure-t-il à propos du Finlandais, 7e choix de la draft 2017 et qui est attendu au tournant, pour la dernière année de son contrat rookie. Coby White, qui n’a lui pas pu terminer sa saison rookie, avait réussi à se faire une place dans le cinq de départ et sera à surveiller pour sa deuxième année en NBA. Avec ou sans Boyden…