Tatum, Ingram, Adebayo… : Les plus grosses progressions de la saison

Reuters

Bam Adebayo (Miami Heat)

La saison passée, il était dans l’ombre de Hassan Whiteside, avec 8,9 points et 7,3 rebonds de moyenne et seulement 28 matchs débutés. Mais le pivot est parti à Portland et Bam Adebayo est devenu un titulaire indiscutable du Heat, avec 16,2 points et 10,5 points de moyenne. Il s’est même offert les trois premiers triples-doubles de sa carrière, contre Atlanta, Dallas et Orlando. Aux côtés de Jimmy Butler, le pivot de 22 ans peut emmener Miami très haut. Le Heat occupe d’ailleurs une belle quatrième place.
 
Quand Adebayo enflamme le Top 10 : 
 



Shai Gilgeous-Alexander (Oklahoma City Thunder)

 
Arrivé l’été dernier en provenance des Los Angeles Clippers dans le cadre du trade de Paul George, Shai Gilgeous-Alexander pensait peut-être arriver dans une équipe d’Oklahoma City qui allait galérer toute la saison, suite aux départs de Paul George et de Russell Westbrook. Et pourtant, non, le Thunder dépasse toutes les attentes cette saison, avec une belle cinquième place de la Conférence Ouest. Avec Chris Paul et Dennis Schröder, le meneur (ou arrière ou ailier) canadien de 21 ans forme un trio brillant. Cette saison, il a tourne à 19,3 points et 6,1 rebonds de moyenne, contre 10,8 points et 2,8 rebonds lors de sa saison rookie aux Clippers. Sa moyenne de passes est en revanche exactement la même (3,3).
 

Devonte’ Graham (Charlotte Hornets)

 
Joueur de rotation lors de sa saison rookie l’an passé à Charlotte, avec seulement trois matchs débutés, le meneur de 25 ans, a carrément explosé ses stats cette saison, avec 13,5 points, 5 passes et 2 rebonds de plus en moyenne qu’en 2018-19, et 53 matchs dans le cinq majeur ! Devonte’ Graham, auteur de 40 points contre Brooklyn en décembre, a pris le relais de Kemba Walker avec brio. Si cette saison les Hornets ne sont pas dans le coup pour les Playoffs (ils sont à sept victoires de la 8eme place), ce n’est clairement pas de sa faute.
 

Brandon Ingram (New Orleans Pelicans)


 
Passé des Los Angeles Lakers aux New Orleans Pelicans l’été dernier dans le cadre du trade d’Anthony Davis, l’ailier de 22 ans est devenu un joueur qui compte. Il est passé de 18,3 points, 5,1 rebonds et 3 passes la saison passée à 24,3 points, 6,3 rebonds et 4,1 passes cette saison. Il a même réussi un match à 49 points en janvier lors d’une victoire contre Utah, son nouveau record en carrière. Zion Williamson, qui a fait ses grands débuts NBA quelques jours après ce carton, lui a un peu volé la vedette, mais le duo s’entend bien, les Pelicans gagnent des matchs et peuvent toujours rêver des Playoffs
 
 

Pascal Siakam (Toronto Raptors)

 
Créé lors de la saison 1985-86, le trophée de MIP n’a jamais été remporté deux saisons de suite par le même joueur. Pourtant, Pascal Siakam peut rêver du doublé. Excellent lors de la saison passée, qui a vu Toronto être sacré champion, l’ailier fort de bientôt 26 ans restait tout de même dans l’ombre de Kawhi Leonard. Mais cette saison, il est l’atout n°1 des Raptors, avec une moyenne de 23,6 points (contre 16,9 la saison passée) et 7,5 rebonds (contre 6,9) par match. Il a également terminé quinze matchs à 30 points ou plus, contre seulement cinq en 2018-19. Leader d’une équipe que personne n’attendait si haut (2eme et déjà qualifiée pour les Playoffs), où s’arrêtera Pascal Siakam ?


Jayson Tatum (Boston)

Excellent lors de sa saison rookie (13,9pts et 5rbds de moyenne) et un peu décevant l’an passé avec Boston (15,7pts et 6rbds de moyenne), Jayson Tatum écrase tout sur son passage cette saison, et le voilà qui tourne à 23,6 points et 7,1 rebonds de moyenne. Star d’une équipe des Celtics troisième et déjà qualifiée pour les Playoffs, l’ailier (ou ailier fort) de 22 ans impressionne chaque soir un peu plus. Depuis février, Tatum était dans une forme olympique, avec neuf matchs à 30 points ou plus au compteur, dont un à 41 contre les Lakers.
 
Quand Tatum avait fait trembler les Lakers :