Ses Wolves à la recherche de leaders, Rudy Gobert veut montrer l’exemple

USA TODAY Sports

Qui est le leader du vestiaire des Wolves ? Le coach Chris Finch semble se poser la question en ce moment, alors que son équipe vient de perdre quatre matchs sur cinq et présente un bilan encore négatif. 

En l’absence de Karl-Anthony Towns, davantage leader technique que moral, Rudy Gobert semble être prêt à prendre de l’épaisseur au sein de l’effectif. « J’utilise ma voix, mais je pense que parfois, parler trop ne sert à rien. J’essaie donc de montrer l’exemple et de comprendre que je dois d’abord m’améliorer. Il ne s’agit pas seulement de basket, il s’agit d’être pro de manière générale », déclarait il y a quelques jours le Français.  

Ce dernier ne s’est pas montré très « pro » justement avec son récent croche-patte sur Kenrich Williams… « C’était juste de la frustration. Les joueurs parlent, cela fait partie du jeu. Parfois, on peut penser que c’est un manque de respect, mais je dois être plus intelligent que ça (pour ne pas) pénaliser mon équipe, me pénaliser moi-même », se blâmait le triple défenseur de l’année.  

Trouver une identité

Ce geste contre-nature désormais passé, le géant entend afficher son attitude exemplaire au sein de sa nouvelle et jeune équipe : « Je dois toujours être la personne la plus intelligente, surtout en tant que leader de cette équipe. En tant que joueur plus âgé aussi, je dois mieux me comporter. » 

Ses déclarations interviennent alors que son coach a rappelé que « le leadership s’impose dès qu’il s’agit de gagner. On n’est pas excellent dans ce domaine. On essaie de trouver une voix collectivement, de trouver une identité en tant qu’équipe. Ce sont des choses sur lesquelles on doit continuer à bosser, à essayer de cultiver collectivement. C’est mon job. »


>