NBA - Warriors-Blazers, choc volcanique à l’arrière !

Reuters

Ça n’est pas deux mais bien quatre frères qui cherchent à conquérir le monde ! Deux parmi les meilleurs duos en NBA aux postes de meneur-arrière vont se retrouver une nouvelle fois en Playoffs dans cette surprenante finale à l’Ouest. Surprenante car, même s’ils ont terminé 3èmes de la saison régulière, les Blazers ont finalement créé la surprise à deux reprises en sortant d’abord de façon cinglante le Thunder (4-1) puis en arrachant la qualif’ face aux Nuggets (4-3) suite à un Game 7 époustouflant dimanche dernier dans le Colorado. Le tout, il faut le rappeler, en ayant perdu quelques semaines avant les Playoffs leur pivot titulaire Jusuf Nurkic, qui tournait tout de même à 15,6 points et 10,4 rebonds… 

Les Blazers héroïques lors du Game 7 : 


Héros de la série face à OKC et son shoot pour sceller la série qui est entré dans la légende des Playoffs, Damian Lillard a vu son compère C.J. McCollum prendre le relais face à Denver dimanche. Dans son style « old school » avec beaucoup de tirs à mi-distance, l’arrière de 27 ans a d’abord permis à Portland de ne pas couler en première période avant de prendre des tirs tous plus clutchs les uns que les autres dans le money time (17/29 au tir, avec seulement 3 tirs lointains tentés, pour 37 points). Parfois critiqué pour sa défense parfois passive et une évolution jugée stagnante, McCollum a prouvé qu’il était capable de passer un cap au meilleur des moments.

Un tandem qui se connaît sur le bout des doigts et qui a récolté les éloges d’Isiah Thomas, membre d’un duo légendaire du côté des Bad Boys de Detroit au tournant des années 1980-90 avec Joe Dumars : « Les deux gars sont tellement bons, j’adore les regarder jouer, ça me procure autant de joie que de regarder Steph (Curry) et Klay (Thompson). Si Joe et moi avons apporté autant de joie aux gens quand ils nous ont regardés jouer, alors je suis honoré et heureux qu’on ait pu faire une chose pareille, a confié "Zeke" sur un site américain. Car à chaque fois que je regarde ces deux gars jouer, je suis impressionné par ce qu’ils ont fait et ce qu’ils font encore sur le terrain. Regardez simplement le tir que "Dame" a mis sur Paul George. C’est l’un des tirs avec la plus grosse dimension dramatique que j’ai pu voir en Playoffs. »

Pas de Durant ? Pas de soucis pour les Splash Brothers

Mais, pour dominer la paire adverse, il faudra sortir d’autres tirs de ce calibre… S'ils ont montré une belle combativité lors des deux premiers tours, la montagne en face semble difficilement franchissable. Même sans Kevin Durant et DeMarcus Cousins en face au moins lors des deux premiers matchs. Pour autant, l’absence de « KD », qui devrait toutefois effectuer son retour au cours de la série, n’est pas une si mauvaise nouvelle pour Steve Kerr pour deux raisons. Certes, ses 34,2 points lors des 11 premières sorties en Playoffs vont manquer au niveau du scoring, mais, selon ESPN, Golden State a remporté 27 de ses 28 derniers matchs lorsque Durant était absent et Stephen Curry sur le parquet. Pour un total de 27,9 points en moyenne pour le n°30 des hommes de la Baie. 

 


L’autre raison est que lorsque Durant est sur le parquet, beaucoup de systèmes terminent avec lui en isolation qui tente un tir (avec évidemment souvent la réussite au bout). En son absence, la balle tourne beaucoup plus, ce qui favorise le jeu sans ballon d’un Klay Thompson qui excelle dans cet exercice. Le Game 6 face aux Rockets a confirmé cette tendance puisque l’arrière des Warriors a terminé à 27 points avec un excellent 7/13 du parking. Steve Kerr ne peut que s’en féliciter, d’autant plus que son équipe vient de résister à un autre « back-court » de très grande qualité avec James Harden et Chris Paul. « Portland est une équipe un peu différente de Houston, a expliqué le coach des Dubs. Il y a plus de mouvement qu’à Houston mais ils possèdent deux "guards" très dominants comme eux. D’une certaine façon, cette série face aux Rockets nous a permis de préparer celle à venir. » Préparation concluante ou non ? Réponse dès cette nuit avec le Game 1 à Oakland (beIN SPORTS 1 - 03h00)…