NBA : Russell Westbrook aux Lakers, bonne ou mauvaise idée ?

Reuters

Les fans des Purple & Gold s’attendaient à Buddy Hield ou Kyle Lowry, ils voient finalement débarquer Russell Westbrook. Ainsi va le monde de la NBA quand l’on supporte la franchise aux 17 titres. Le MVP 2017 revient dans sa Californie natale, lui le natif de Long Beach et ex-étudiant à UCLA. Un retour aux sources inattendu et porteur de nombreuses interrogations. Echangé par Washington contre Kyle Kuzma, Montrezl Harrell, Kentavious Caldwell-Pope et plusieurs picks de draft, l’explosif meneur de jeu vient former avec LeBron James et Anthony Davis un Big Three comme seuls les Lakers savent les composer. La question désormais est la suivante : cela peut-il fonctionner pour accrocher une nouvelle bannière de champion au plafond du Staples Center ?


Une superstar déclinante…

Avec ce transfert, les Lakers multiplient les paris. Le premier évidemment, c’est celui de sa complémentarité avec LeBron et AD. Rarement adroit derrière la ligne à 3-pts (31.5% la saison dernière) ou même à mi-distance, le Marsupilami n’a pas le profil de shooteur qui semble plutôt correspondre au jeu de LeBron James. Le second, c’est celui de sa régularité dans le temps au plus haut niveau. Avec Washington, l’ancien leader du Thunder a livré des prestations souvent inégales, concluant sa campagne en saison régulière par sa plus mauvaise moyenne de points depuis 2014 (22.2 pts/m). Avec Bradley Beal à ses côtés, RussWest a alterné le chaud et le froid lors de son unique année à D.C et ses capacités physiques, forcément déclinantes les années passant, masquent de moins en moins ses sauts d’adresse et de concentration. Petite statistique révélatrice de la cote de Westbrook : pour la première fois de l'histoire, un ancien MVP est transféré lors d'une troisième saison de rang.

Mais un formidable « all-around player »

Triple meilleur passeur de la Ligue en 2018, 2019 et 2021, Russell Westbrook, All-Star à neuf reprises, est une machine à statistiques. Aux côtés du duo LeBron James-Anthony Davis, le meneur de jeu pourrait voir son rôle évoluer quelques peu sur le terrain. Les Lakers ne cherchent pas un joueur capable de marquer 30 points par match. En revanche, ils espèrent récupérer avec Westbrook un homme capable de soulager LeBron James à la création et sur qui se reposer quand le King est sur le banc de touche. Points, rebonds, passes, interceptions… Sur le terrain, Russell Westbrook sait tout faire. Recordman du triple-double (182), Brodie a finalement autant de qualités que de défauts sur le parquet. A 32 ans, le 4ème choix de la draft 2008 n’a plus de temps à perdre s’il veut conquérir une bague. Russell Westbrook sous le maillot des Lakers, mariage de raison ou futur divorce annoncé ? Wait and see...


>