NBA - Pourquoi Michael Jordan n’aurait pas pu "survivre" aujourd’hui

Reuters

Après le nouveau sacre de LeBron James, désormais seul dauphin de Michael Jordan au niveau des titres de MVP des finales (4 contre 6), les inévitables comparaisons entre les deux hommes sont reparties de plus belle. Mais ce débat interminable, pour savoir qui est vraiment le GOAT ("Greatest Of All Time") du basket, ne prend pas toujours en compte une des spécificités du monde actuel, un élément récemment soulevé par Jordan dans une interview accordée à un magazine dédié aux cigares, l’une de ses autres grandes passions

"Je ne sais pas si j’aurais pu survivre dans cette ère de Twitter, où tu n’as pas l’intimité que tu souhaiterais, et où ce qui semble très innocent peut toujours être mal interprété", explique-t-il à Cigar Aficionado, alors qu’il évoquait le golfeur Tiger Woods qui "était au sommet vers la fin de (la) carrière" de Jordan, parti à la retraite en 1998 : "Ce qui a changé depuis cette période, c’est que les réseaux sociaux, Twitter et ce genre de choses ont envahi la vie des gens, à tel point que certains sont capables d’utiliser ça dans un but financier, entre autres."
 

Des menaces de mort


Un élément qui impacte beaucoup plus les joueurs qu’on ne le croit. JJ Redick, aujourd’hui aux Pelicans, avait momentanément quitté les réseaux sociaux il y a deux ans, expliquant à Bleacher Report ne plus vouloir fréquenter cet "endroit sombre. Ce n’est pas un endroit sain. Ce n’est pas réel. Et ce n’est pas un endroit sain pour l’ego, si nous parlons de conneries freudiennes. C’est juste un cycle de colère, de validation et de tribalisme. C'est effrayant."

Durant les derniers play-offs, c’est sur les réseaux sociaux que Danny Green et sa fiancée ont été directement menacés de mort. Car le joueur des Lakers avait raté le tir de la victoire lors du cinquième match des finales face au Heat… Si beaucoup de joueurs profitent, grâce à des plans de communication bien rôdés, des réseaux sociaux pour promouvoir leur image et leur marque, les aspects négatifs, également soulevés par Jordan, ne manquent pas. Et "His Airness" n’aurait sans doute pas pu s’offrir aujourd’hui des parties de golf avec ses adversaires entre deux matchs de play-offs sans que cela ne s’ébruite…


Le film des Finales 2020 :