NBA - Dallas Mavericks : Luka Doncic dans les pas de TP ?

Reuters

Il y a une vingtaine d’année, il aurait été presque inconcevable de se dire que la NBA soit à ce point internationalisée (108 joueurs étrangers, 42 pays représentés en 2018-2019). Avec Dirk Nowitzki drafté en 1998, cela ressemblait avant tout à un grand pas en avant sans qu’on sache vraiment si ce serait avec un lendemain. De lendemains, il y en a eu plusieurs, même beaucoup de Tony Parker à Pau Gasol en passant par Vlade Divac. L’Allemand a montré la voie à de nombreux jeunes Européens avec comme dernière merveille Luka Doncic, lui aussi nouveau chouchou des Mavericks. Une semaine après un hommage historique pour un joueur français avec le maillot retiré de Parker, Dallas reçoit ces Spurs, convalescent depuis quelques semaines.

Doncic prêt à surclasser Nowitzki ?


Mais plus que le duel 100% texan entre les deux franchises, c’est bien la performance de Doncic qui sera une nouvelle fois scrutée. Rookie de l’année la saison dernière, l’ancien du Real Madrid explose littéralement cette saison. Avec 28,5 points, 10,7 rebonds et 9,1 passes de moyenne depuis douze matchs, le sophomore s’impose comme l’un des grands messieurs de ce premier mois de NBA. Repositionné comme meneur par Rick Carlisle, il est désormais au four et moulin à Dallas. Avant le match contre les Spurs, il reste sur un triple-double tous les deux matchs depuis 8 rencontres. Des statistiques impressionnantes qui forcent l’admiration de tous, à commencer par LeBron James himself : « C’est évidemment un super jeune talent. J’adore son jeu, sa capacité à ne pas créer des shoots uniquement pour lui, mais aussi pour ses coéquipiers. C’est ce dans quoi je m’épanouis le plus, ce en quoi j’ai toujours cru, il joue simplement au basket de la bonne manière. » Adoubé par le King, Doncic peut rêver d’une carrière en grand.

Des performances personnelles plus que collectives ?


Si son appartenance à Dallas le ramène obligatoirement à Nowitzki, ils ne sont pas nombreux les meneurs européens à avoir réussi à imposer le respect de tous en NBA. Ricky Rubio fait une carrière honorable comme avait pu le faire son compatriote José Calderon mais tous n’ont pas connu la carrière de Tony Parker. Et dans ce duel contre les Spurs, Doncic doit avoir le Français dans le viseur pour la suite de sa carrière. Le jeu n’est certes pas le même, l’époque non plus. Et c’est là que la différence se pose. Parker a été propulsé meneur titulaire des Spurs à 19 ans comme Doncic avec Dallas. Mais il a évolué dans une franchise qui venait de remporter un titre et n’était au final pas la figure de proue du système Popovich.

Ça lui a permis de remporter 4 titres et d'être un futur Hall of Famer. Doncic est lui dans une équipe en pleine reconstruction et qui compte profiter de son association avec Porzingis pour retrouver les sommets. Il est encore trop tôt pour le dire mais les performances personnelles du Slovène seront d’abord plus importantes que celles collectives. Mais en continuant à jouer à ce niveau, Luka Doncic marquera à sa manière la NBA comme TP a pu le faire. Au point de titiller la légende Nowitzki comme meilleur joueur européen de l’histoire comme l’a sous-entendu David Fizdale ?

Quand Doncic fait mal aux Raptors :