NBA - Bucks - Celtics : Les choses sérieuses commencent !

Reuters

Comme s’ils étaient trop pressés d’en découdre à nouveau ! Les deux seules équipes à avoir « sweepé » leurs adversaires lors du 1er tour se retrouveront ce week-end sur beIN SPORTS pour une demi-finale de Conférence à l'Est qui s’annonce déjà mythique. Personne n’a oublié leur énorme opposition de la saison passée, au 1er tour cette fois. Un duel qui s’était achevé au match 7 par une qualification des Celtics qui ont eu toutes les peines du monde à venir à bout des Bucks (4 points seulement ont séparé les deux équipes au bout des 7 parties). Jayson Tatum, Jaylen Brown et Terry Rozier s’étaient alors révélés redoutables en l’absence de Gordon Hayward et Kyrie Irving. Cette fois, les C’s seront presque au complet puisque seul Marcus Smart manque à l’appel. Loin d’être anodin tant sa rage de vaincre et sa combativité risquent de manquer lors de cette série. Son absence face aux Pacers ne s’est finalement pas faite ressentir et a même permis à Brad Stevens de se faciliter la vie au niveau des rotations à l’arrière. Mais sans faire injure à Indiana, Milwaukee est d’un tout autre calibre !

Qui pour arrêter Giannis Antetokounmpo ?



Largement favoris face aux Pistons, les Bucks n’ont jamais vraiment tremblé pour leur infliger un cinglant « sweep ». Giannis Antetokounmpo a enfin montré ce lundi lors de la 4ème victoire de rang pourquoi il est favori dans la course au titre de MVP. Omniprésent en défense et inarrêtable en pénétration avec 41 points à la clé, le Grec devrait pourtant avoir un sacré client face à lui dans quelques jours. En effet, si Brad Stevens décide de titulariser une nouvelle fois Aron Baynes au poste 5 et Al Horford en 4, c’est ce dernier qui devrait principalement défendre sur Giannis, comme c’était le cas l’an passé ou en saison régulière. Cela n’a pas empêché le « Greek Freak » d’inscrire 30, 30 et 33 points lors de ses 3 matchs de la saison face à Boston (à 32/54 au tir, soit 59,2% de réussite). Marcus Morris pourrait également prendre le relais en défense, voire même le coup de poker Semi Ojeleye, malgré seulement 30 secondes de jeu sur le 1er tour. 

Giannis monstrueux lors du Game 4 : 


Cette finale avant l’heure à l’Est est un test ultime pour les deux formations. Meilleure équipe de la saison régulière de toute la Ligue avec 60 « wins », Milwaukee ne peut se contenter d’une élimination à ce stade après un tel exercice. Même si c’est la première fois depuis 18 ans que la formation du Wisconsin parvient à passer un tour. Antetokounmpo avait alors 7 ans en 2001 quand Ray Allen et les siens ont chuté en finale de Conf’ face aux 76ers d’Allen Iverson. Les arrivées de Nikola Mirotic, Brook Lopez, George Hill et Ersan Ilyasova ont permis à la bande de Mike Buldenhozer, élu coach de l’année par l’association des entraîneurs de NBA, de passer un cap. Mais seront-ils capables de reverser des Celtics qui restent sur une saison régulière en mode montagnes russes ? Rien n’est moins sûr tant les hommes en vert ont semblé (re)trouver une alchimie face aux Pacers avec un Hayward de retour au premier plan ainsi qu’un collectif bien huilé et capable de s’adapter au jeu au large des Bucks. L’expérience des Playoffs d’un côté, l’avantage du terrain de l’autre : que le spectacle commence !