Jusqu’où Derrick Rose peut-il encore aller ?

Reuters
Meilleur marqueur (18.1 points) et passeur (5.6 passes) des Pistons, Derrick Rose était clairement le meilleur joueur de Detroit avant qu’une nouvelle blessure ne vienne compromettre sa fin de saison. "C’est vraiment décevant, plus pour Derrick que pour quiconque parce que son corps a tellement souffert durant sa carrière. Et là, il retrouve ses jambes et fait une bonne saison et voilà ce qu’il lui arrive", déplorait alors son entraîneur, Dwane Casey, après la blessure à la cheville droite de Rose à Sacramento début mars.
 


 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Take some time to figure out who you are and whats your purpose. Never thought this 22 ounce ball would allow me to travel the WORLD and set a STANDARD for my family. Fearless+belief+sacrifice = what ever the fuck you want lol.

 

Une publication partagée par Derrick Rose (@drose) le


 



Il restait alors 20 matches à disputer pour une franchise déjà distancée dans la course aux playoffs. Durement touchés par les blessures, avec celles de Reggie Jackson, parti depuis aux Clippers, Luke Kennard et surtout de Blake Griffin, opéré du genou gauche et dont la saison s’est arrêtée en décembre, les Pistons, qui ont par ailleurs surpris tout le monde en envoyant Andre Drummond à Cleveland, allaient s’enfoncer encore un peu plus en perdant leurs quatre matchs suivants, avant que la saison ne soit interrompue en raison de la pandémie de coronavirus.

Durant cette crise sanitaire, l’ancien joueur des Bulls en a profité pour se remettre sur pied. Reste à savoir s’il aura encore l’occasion de montrer ce qu’il sait faire en cas de reprise la saison.

Il n'a jamais été aussi adroit


Un exercice 2019-2020 où il aura confirmé son retour au premier plan, après une dernière saison convaincante chez les Wolves. A 31 ans, celui qui reste toujours le plus jeune MVP de l’histoire (22 ans en 2011) ne redeviendra probablement jamais le joueur bondissant qu’il était à Chicago, avant que de graves blessures au genou ne perturbent sa carrière.

VIDEO : Sur son 31, Derrick Rose allume les Suns

 

Mais il a su faire évoluer son jeu, et notamment signé avec les Pistons sa meilleure saison NBA au niveau de l’adresse (49% de réussite au tir). Il a tellement convaincu que les Lakers, prétendants déclarés au titre, ont même tenté de le récupérer avant la trade deadline. En vain, puisque les Pistons ont souhaité conserver leur expérimenté meneur, qui a signé l’été dernier un contrat de 15 millions de dollars sur deux ans. Mais s’il confirme la saison prochaine, les offres ne devraient pas manquer en 2021…


>