MotoGP : Suzuki confirme son souhait de se retirer

Panoramic

Suzuki et le MotoGP, ça sent réellement la fin. A l'aube du Grand Prix de France, qui se dispute ce week-end au Mans sur le circuit Bugatti, le constructeur japonais a confirmé qu'il souhaitait bel et bien retirer son engagement de la catégorie à l'issue de la saison. Suzuki discute actuellement avec le promoteur du championnat du monde dans ce sens, et ce pour des raisons exclusivement économiques. "Malheureusement, la situation économique actuelle et la nécessité de concentrer ses efforts sur les grands changements auxquels le monde de l'industrie motorisée est confronté ces dernières années obligent Suzuki à transférer ses coûts et ses ressources humaines vers le développement de nouvelles technologies", a fait savoir le constructeur dans un communiqué ce jeudi, alors que la veille le patron de Dorna Sports Carmelo Ezpeleta ne nourrissait déjà guère d'illusion de voir Suzuki prolonger l'aventure au-delà de la saison en cours. "Je ne pense pas qu'il y ait de solution, et ce n'est pas non plus dans notre intérêt de forcer quelqu'un à continuer s'il ne le veut pas". La page Suzuki en MotoGP s'apprête donc à se tourner. Elle aura marqué l'histoire de la discipline, dont elle a écrit un chapitre indélébile.

Suzuki et le MotoGP, une histoire tumultueuse...


Sacré en 2020 avec Kenny Roberts Jr, Suzuki avait mis fin à son engagement dans la catégorie reine onze ans plus tard. Mais, avec un changement de réglementation, le constructeur japonais avait annoncé deux ans plus tard son retour à la compétition dès 2015. Avec la GSX-RR, la firme a fait preuve de patience pour retrouver le succès, le premier podium puis la première victoire arrivant en 2016 avec Maverick Viñales. Le sommet est toutefois arrivé en 2020 avec le titre mondial pour Joan Mir. Des succès qui n'ont pas convaincu pour autant les dirigeants de la marque de continuer l’aventure, alors que Suzuki avait récemment remporté les 24 Heures du Mans en endurance. En fin de contrat à l’issue de la saison, Joan Mir et Alex Rins vont donc devoir trouver une porte de sortie. Si l’ancien champion du monde est annoncé avec insistance du côté d’Honda en lieu et place de Pol Espargaro, l’avenir de son coéquipier est plus incertain. A noter que le départ de Suzuki va ouvrir une place sur la grille de départ pour une nouvelle écurie satellite ou bien un éventuel nouveau constructeur.

Avec M.W

>