MotoGP : Les réactions après le GP de Valence

panoramic

Francesco Bagnaia (ITA/Ducati) - Neuvième et champion du monde


« C’était la course la plus difficile de ma vie. Ma mission, c’était de finir dans le Top 5, mais après trois, quatre tours, j’ai commencé à avoir du mal avec l’avant de ma moto, c’était très difficile, je comptais les tours. Mais le plus important, c’est que nous sommes champions du monde. C’est vraiment un grand jour, un des moments les plus émouvants de ma vie, j'ai pleuré. Pendant la course, je me suis dit qu'il fallait attaquer Fabio car il pouvait prendre de l'avance, et ensuite gérer l'écart. Je suis très content de la façon dont ça c'est passé. Je suis très content de m'être bagarré face à un pilote comme Fabio, j'ai beaucoup de respect pour lui, c'est un des plus grands. Il a démontré aujourd'hui qu'il était un grand combattant, et je voudrais encore me retrouver à me battre avec lui. »

Fabio Quartararo (FRA/Yamaha) - Quatrième et vice-champion du monde 


« Je n’ai pas de regrets car j’ai donné mon maximum. Le pneu avant était trop soft, je n’avais pas de feeling, mais j’ai tout donné. Je me suis retrouvé près de la chute plusieurs fois. C’est dommage mais j’ai beaucoup appris cette année, qui a été compliquée. Ce n’est que du positif pour le futur. J’ai vraiment hâte d’être à mardi pour essayer cette nouvelle moto et voir ce qu’on peut faire. (…) Quand j’ai vu que Peco (Bagnaia) me touchait en premier, je me suis dit qu’on pouvait vraiment aller au contact, donc c’est ce que j’ai fait. Mais avec la chaleur, le pneu avant était à la limite. Il y a énormément de regrets, mais je ne pouvais pas faire plus. »

Alex Rins (ESP/Suzuki) - Vainqueur


"C'est incroyable ! Suzuki s'en va... On ne peut pas finir une saison de plus belle façon. Je suis tellement fier. La course était difficile, il fallait toujours regarder derrière. C'était une bagarre mentale, il fallait pousser au maximum, ne pas faire d'erreurs. On mérite cette victoire. J'ai beaucoup appris avec Suzuki cette année. C'est une grosse partie de ma vie, merci à tous. (...) Je suis très content pour Peco (Bagnaia), il s'est beaucoup bagarré, il a fait un retour incroyable, félicitations à lui "

Johann Zarco (FRA/Pramac) - Abandon


« Mon départ était bien. Pendant trois, quatre tours, j’avais un bon feeling sur la moto. C’était beau de voir ce combat entre Fabio et Peco (Bagnaia). On était avec Binder derrière eux. On ne voulait pas se mêler à ce bazar. C’était pas mal, mais après quatre tours, j’ai commencé à beaucoup glisser de l’arrière. Je perdais pas mal sur les accélérations et je devais essayer de récupérer du temps sur les freinages, mais le pneu a chauffé beaucoup trop. J’étais plusieurs fois à la limite de la chute. Je n’allais pas vite, mais la moto, je ne pouvais pas la contrôler plus que ça. Et quand j’étais derrière Bastianini, j’ai chuté. Le pire feeling de tout le week-end, ça a été pendant la course, c’est dommage car c’était bien parti. Il y avait moyen de jouer dans les cinq premiers. Mais ça confirme qu’il y a quelque chose qu’on n’a pas su cerner, malheureusement. J’ai beau m’adapter, à un moment il faut trouver les petites choses qui permettent à chaque pilote d’utiliser les points forts de son style. On n’a pas su faire. C’est dommage mais il faut vite passer cette émotion car ça fait partie de la course. Il y a eu pas mal de changements, de progrès. Je gagne en expérience, je vois de plus en plus de choses, ça me motive à être de plus en plus fort."

Propos recueillis par Canal+

>