MotoGP : Les pilotes pas sur la même longueur d'onde au sujet des courses sprint

Panoramic


La rumeur a pris le paddock par surprise. A l’image de ce que la Formule 1 a mis en place dès la saison passée de manière épisodique, le MotoGP entend succomber à la mode des courses sprint dès la saison prochaine. Une conférence de presse a d’ores-et-déjà été annoncée pour ce samedi à 11h45 avec Carmelo Ezpeleta, président de Dorna Sports, aux côtés duquel le président de la Fédération Internationale de motocyclisme (FIM) Jorge Viegas et celui de l’association des équipes (IRTA) Hervé Poncharal. Ce dernier a laissé entendre lors de l’officialisation du partenariat entre son écurie Tech3 et la marque espagnole GasGas que des annonces importantes sont attendues en marge du Grand Prix d’Autriche. Toutefois, pour se différencier de la F1 et sur une idée proche de celle mise en place en Superbike depuis 2019 avec la « Superpole Race », le MotoGP entend ajouter une course sprint lors de l’ensemble des Grands Prix et ainsi modifier le programme des week-ends pour la première fois depuis 2013. Cette course, dont la distance serait légèrement supérieure à la moitié de celle du Grand Prix, accorderait la moitié des points et son résultat ne conditionnerait pas la grille de départ du dimanche.


Les pilotes n’ont pas été consultés


A peine la rumeur lancée, les pilotes n’ont pas manqué de réagir et il y a plusieurs écoles. Fabio Quartararo, champion du monde en titre, n’a pas caché son rejet d’un tel concept. « Je trouve que c'est totalement stupide, a tonné le pilote français. Ce n'est pas moi qui prends les décisions sur les formats de course, mais je pense qu'on entre dans un format totalement débile. Si on le fait de temps en temps, comme en Formule 1, je pense que ça peut être intéressant, mais tous les samedis… » Mais ce qui déplait le plus à « El Diablo », c’est l’absence de consultation des pilotes sur un sujet aussi crucial. Miguel Oliveira, de son côté, n’est opposé à une évolution du format… mais plutôt concernant la séance de qualifications. « J'aime assez le format actuel, a confié le pilote portugais. Peut-être que les qualifications pourraient un peu changer, actuellement c'est trop stressant. » Joan Mir, de son côté, n’est pas fermé à l’idée et assure que « ça sera mieux pour le spectacle ». Brad Binder, de son côté, a confié que « si quelque chose doit changer, c'est qu'il y a une bonne raison pour ça, donc il faut se lancer ». Si le format devra être précisé, tout indique que les pilotes auront moins d’essais libres durant les week-end, avec notamment le warm-up du dimanche matin qui pourrait être sacrifié.

>