GP de Catalogne : Une victoire plus importante que celles de Jérez pour Fabio Quartararo



Décidément, le circuit de Barcelone sied à Fabio Quartararo. Vainqueur de sa première course en Moto2 sur le tracé catalan en 2018, il y avait également signé son premier podium en MotoGP l’an passé. Ce dimanche, le pilote de l’écurie Yamaha Petronas a remporté sa troisième course de la saison et, profitant des malheurs d’Andrea Dovizioso, il a repris les commandes du championnat du monde. Un résultat dont il n’est pas peu fier. « C'était le meilleur moment de ma vie, franchement, a assuré le pilote français dans des propos recueillis par motorsport.com. Mieux que les deux victoires de Jerez, parce que quand on arrive dans un bon moment et qu'on gagne, on s'y attend et on sait qu'on va obtenir un bon résultat. Mais quand on a cinq courses d'affilée qui ne se passent pas super bien, et qu'on remporte la victoire après, pas seulement un podium, directement la victoire, c'est incroyable ! »


Quartararo : « Dans les moments difficiles, j'ai travaillé dur »


Apparu à l’aise sur le tracé de Montmelo dès les premiers essais libres, Fabio Quartararo a converti son rythme en victoire à l’issue des 24 tours de course. « C'est beaucoup d'émotion, je pense beaucoup à ma famille qui me regardait. J'étais en pleine confiance aujourd'hui (dimanche), je me sentais bien, confie le leader du championnat du monde. C'est super d'être de retour à l'avant. » Une victoire qui intervient alors que, après avoir pris 50 points lors des deux courses de Jérez de la Frontera, le Français n’a pris que 33 points sur les cinq Grands Prix suivants, dont un zéro pointé lors du Grand Prix de Saint-Marin à Misano, qui ne lui laisse pas un bon souvenir. « En 2020, je pense que c'est la première course à Misano a été le moment le plus difficile, confie Fabio Quartararo. On avait parlé avec l'équipe et on savait que les Ducati n'étaient pas géniales là-bas et qu'on avait besoin d’un très bon résultat, or je suis tombé. Ça a donc été le pire moment de l'année. Il y a donc eu pas mal de moments où l'on a connu de grandes difficultés. Mais dans les moments difficiles j'ai travaillé dur, encore plus. Aujourd'hui (dimanche), c'est génial d'être de retour devant. » Une forme qu’il devra confirmer le 11 octobre prochain lors d’un Grand Prix de France au Mans où il sera très attendu.