GP d’Aragon : Trahi par son pneu avant, Quartararo fait le dos rond



Fabio Quartararo a vécu un dimanche très compliqué en Aragon. Auteur de la pole position ce samedi, le Français n’a jamais été dans le coup en course, dégringolant au fil des tours dans la hiérarchie pour passer la ligne d’arrivée à la 18eme position, loin des points. Une contre-performance que le pilote de l’écurie Petronas explique par des soucis avec son pneu avant. « On était dans une bonne dynamique pour faire une bonne place mais la pression du pneu avant était complètement hors de contrôle. C'était très étrange, car nous avions le rythme pour viser un Top 5, se lamente le Français dans des propos recueillis par le quotidien L’Equipe. Le choix de pneus était le bon car les trois premiers tours étaient parfaits. Mais à partir du troisième tour, la pression du pneu avant est devenue plus haute que d'habitude. Et il restait 20 tours à faire donc vous pouvez imaginer comment était la pression en milieu de course. »

Quartararo veut positiver malgré tout


En délicatesse avec ce pneu avant récalcitrant, Fabio Quartararo n’a jamais été en mesure de se mettre dans le bon rythme et a été contraint de laisser passer un par un ses adversaires. « Je ne pouvais pas tourner, ni freiner. C'est pourquoi je suis si loin », explique le Niçois. Un résultat qui, combiné avec ceux de ses rivaux, l’expulse de la première place du championnat du monde, désormais dévolue à Joan Mir, troisième de la course ce dimanche. Mais, malgré tout, Fabio Quartararo veut positiver. « Aujourd'hui (dimanche), c'était un jour désastreux. Et je suis triste de dire ça, mais cela aurait pu être pire car Joan Mir aurait pu gagner devant Maverick Viñales et Andrea Dovizioso, résume le Français. Dans le négatif, nous devons tirer le positif. » Un souci que l’écurie Petronas va vite devoir régler car, le week-end prochain, le MotoGP fait une nouvelle fois étape en Aragon, pour le Grand Prix de Teruel.