Un Mercato hivernal particulièrement calme

Panoramic

Dans le monde du football, comme dans le reste de la société, le Covid-19 a provoqué une baisse des achats. Le mercato hivernal tourne au ralenti depuis le début du mois de janvier. La fenêtre des transferts de la mi-saison a toujours servi à faire des ajustements mais en 2021, personne n'a encore osé lancer les grandes manœuvres. C'est peut-être parce que les championnats ne sont pas aussi avancés qu'à l'accoutumée mais c'est surtout car l'incertitude est élevée avec les conséquences de la pandémie de Covid-19. La tendance est plus aux baisses de salaires qu'aux dépenses injustifiées.

Pour réussir à se renforcer malgré tout, les clubs européens ont eu recours aux prêts. Parfois assorti d'une option d'achat, obligatoire ou non, afin de différer l'échéance de paiement et juger le joueur sur six mois avant de lui proposer un contrat définitif, ce type de transactions a permis à Marseille d'enrôler Pol Lirola tout en se séparant de Kevin Strootman, à Luka Jovic de revenir à l'Eintracht Francfort pour se relancer et diminuer la pression sur les finances du Real Madrid ou à Moussa Dembélé de renforcer l'Atlético Madrid. Suffisant pour assurer une activité minimum.
 

La Ligue 1 n'a pas encore dépensé le moindre euro


Dans le même temps, c'est un autre joueur originaire de l'Hexagone qui détient à ce jour le record du transfert le plus cher de l'année 2021 : Sébastien Haller. L'attaquant franco-ivoirien a été recruté pour 22,5 millions d'euros par l'Ajax Amsterdam. Aux Pays-Bas, l'ancien joueur de West Ham a marqué dès ce mercredi contre Twente pour justifier cette somme. Les autres mouvements dont l'indemnité a dépassé les dix millions d'euros se comptent sur les doigts d'une main : Amad Diallo dont le transfert entre l'Atalanta Bergame et Manchester United a enfin été officialisé pour une somme de 21 millions d'euros, Dominik Szoboszlai qui est passé de Salzbourg à Leipzig pour 20 millions d'euros, et Joakim Maehle qui a atterri à l'Atalanta Bergame contre 11 millions d'euros.

Le transfert le plus cher de l'année échappe donc pour le moment à une écurie du top 5 européen. Une situation étonnante. Dans les cinq grands championnats, c'est un total de 85,96 millions d'euros qui a été dépensé depuis le 1er janvier. C'est peu. A titre de comparaison, ces mêmes acteurs avaient acheté pour 880 millions durant le premier mois de l'année 2020. Le retard est donc énorme sur les mouvements pré-Covid. La Ligue 1 en est en partie responsable. Ses clubs n'ont pas encore dépensé le moindre euro cette année à en croire les chiffres de Transfermarkt. La preuve que l'incertitude qui entoure le football français pèse sur les ambitions des équipes. Une situation qui annonce une année 2021 bien compliquée pour elles.
 

Dembélé : “C’est un palier pour moi”

 


>