PSG : Les mots forts de Mbappé

Panormaic

Il flottait un parfum d'euphorie, lors de ce lundi pluvieux, lorsque Kylian Mbappé a enchaîné les sorties médiatiques à la vitesse de l'éclair, dribblant les sujets sensibles avec une aisance déconcertante, comme sur le rectangle vert. Après une conférence de presse bluffante de maturité, le prodige de Bondy a vécu une fin de journée digne d'une icône nationale, allant jusqu'à évoquer son poids dans le pays lors d'un entretien au JT de 20 heures sur TF1.

"Quand ton choix est personnel, c'est souvent le bon"

Avant cela, Kylian Mbappé avait pris soin de détailler les raisons de son choix au micro de PSG TV. Avec une volonté : assumer son désir d'écrire l'histoire du club de la capitale. Avec cette punchline : "C’est un choix personnel et quand ton choix est personnel, c’est souvent le bon." "Mon temps n’était pas fini ici. Mon histoire n’était pas finie. Que ce soit collectivement ou individuellement, j’ai encore pas mal de choses à faire ici. Si j’étais parti, je serais parti avec les honneurs, mais pas les honneurs que moi je veux." "C’est une forme de reconnaissance pour les gens, pour l’amour qu’ils m’ont donné pendant ces cinq ans, a continué le numéro 7 du club de la capitale. Ça fait partie des nombreuses motivations de ce nouveau contrat. Il y a cette reconnaissance envers les gens, le club et mon pays, parce que je reste français."

"C'était magique, j'avais l'impression d'être un nouveau joueur !"

Avant d'exposer sa volonté de continuer à "élargir sa palette" en s'appuyant toujours plus sur ses "points forts" sans occulter ses "axes de progression", le champion du monde a surtout tenu à adresser un mot aux supporters parisiens, qui l'ont accueilli dans une liesse générale à la sortie de l'auditorium du Parc des Princes, lundi. "C’était magique, on avait l’impression que j’étais un nouveau joueur. C’est un incroyable d’avoir ce sentiment d’arriver dans un nouveau truc, alors que ça fait cinq ans que je suis là. C’est pour ça que je veux remercier tout le monde et j’espère qu’on va vraiment faire de belles dans les trois années à venir." L'histoire s'écrit maintenant.

 


>