Mercato : Eyraud dévoile les plans de l'OM

Icon Sport

Plus d’un mois est passé depuis l’ouverture officielle du marché des transferts et l’Olympique de Marseille est l’un des rares clubs de Ligue 1 à n’avoir enregistré aucune arrivée. Une situation qui ne semble pas inquiéter outre-mesure Jacques-Henri Eyraud, qui a profité d’une interview dans L’Equipe pour définir les grandes lignes du mercato estival marseillais.

L’occasion pour le président de l’OM de rappeler que le volet ventes était tout aussi important, voire plus, même s’il n’était pas question de brader l’effectif marseillais. "On doit davantage céder qu’acheter. Mais l’époque des soldes n’a pas démarré à l’OM, a-t-il ainsi expliqué. Nous ne sommes pas dans l’obligation de faire partir un nombre important de joueurs. La marge de manœuvre est réelle pour continuer à être compétitifs, y compris la saison qui arrive. Là où nous devons nous renforcer, nous pourrons le faire. On est dans un marché difficile, oui, il faudra naviguer dedans."

Et si JHE est impatient de vendre certains joueurs, ce n’est pas pour pouvoir mieux acheter derrière, mais avant tout pour réduire de façon drastique la masse salariale du club olympien, le budget transferts étant en effet indépendant des ventes à venir. Et que les supporters marseillais soient rassurés, cette enveloppe transferts est "significative". "En tout cas à l’échelle de la L1, a-t-il néanmoins pris la peine de préciser. Elle doit nous permettre de faire des choses intéressantes." Et à l’OM aussi, le bonheur pourrait être dans le prêt, quand bien même il faut généralement attendre les derniers jours du mois d’août pour finaliser ces opérations. "On peut acheter aujourd’hui. On peut aussi travailler sur des formules comme des prêts", a-t-il en effet également indiqué.

Les priorités du Mercato estival ont en tout cas clairement été définies. Et sans surprise, l’une d’elles concerne évidemment le poste d’attaquant, orphelin de Mario Balotelli, parti après seulement cinq mois à l’OM et dont le retour n’est clairement pas à l’ordre du jour. "Aujourd’hui, on est sur deux-trois profils, à adapter s’il y a des départs imprévus et qu’on serait amenés à remplacer. Le poste d’attaquant est à pourvoir, puisque Mario Balotelli ne poursuivra pas l’aventure avec l’OM, a-t-il confié. On regarde au-delà du poste d’attaquant, en défense centrale notamment. On a deux jeunes formidables (Boubacar Kamara et Duje Caleta-Car), qui ont montré de très belles choses depuis plusieurs mois, sur lesquels on compte absolument. Mais on sait aussi que c’est un secteur très sensible, un peu d’expérience ne ferait pas de mal."

Eyraud : "C'est le moment d'une relance"