Saint-Raphaël dans le rouge

Icon Sport

Depuis sa remontée parmi l’élite en 2007, jamais Saint-Raphaël n’a terminé au-delà de la septième place (c’était la saison dernière). Le club varois, vice-champion de France en 2016, reste aussi sur quatre quarts de finale consécutifs en Coupe EHF - et même une finale en 2018. Alors, s’il n’y a évidemment pas encore péril en la demeure, le SRVHB ne peut pas prendre à la légère son mauvais début de championnat, marqué désormais par trois défaites en autant de matches après son nouveau revers à Nantes (28-22).

"On est très frustrés et déçus, peste Jonathan Mapu sur beIN SPORTS. Ce n’est pas notre vrai visage, même si on l’a retrouvé pendant 55 minutes. On a un ballon pour revenir à -1, il y a un carton rouge, ce sont des erreurs et des détails qui font la différences face à des équipes comme ça. On reçoit Ivry la semaine prochaine, ce sera déjà capital, il faudra impérativement gagner. Ils ne lâcheront rien et viendront pour gagner. Ce championnat est très relevé, on doit travailler et se remettre en question."

Abalo: "Szeged au même niveau que nous"

Car oui, Adrien Dipanda et sa bande vont peut-être jouer le maintien. Si la rencontre face à Ivry s’annonce aussi déterminante, c’est parce que ce sera déjà un duel à la peur, les Franciliens occupant l’avant-dernière place avec un point après leur nul de mercredi face à Aix (23-23), ce qui laisse désormais les Raphaëlois seuls derniers. C’est aussi ce point qui, à l’inverse, permet au PSG d’être seul en tête après son succès à Chartres (30-36), alors qu’Aix était jusque-là seul à suivre avec Nîmes, vaincu de son côté par Créteil (29-35).

Ça n’a pas été si facile que ça pour les Parisiens, une bonne piqûre de rappel à quatre jours de la réception de Szeged en Ligue des champions. "Chartres a joué à son niveau, estime ainsi Luc Abalo sur le site du PSG. C’était serré au début, mais dans ces conditions, on s’y attendait... Ils ont un bel effectif et ils avaient leur public. On a réussi à creuser l’écart en deuxième période, mais c’était sûr que ça ne se ferait pas en dix minutes. Dimanche, il faut que nos supporters nous aident. Szeged évolue au même niveau que nous, donc ça ne se jouera pas à grand-chose." C’est déjà le premier sommet de la saison pour les quintuples champions de France en titre.