Ligue des nations : le but de la victoire de Mbappé était-il valable ?

Reuters

A la 80e minute, bien lancé par Théo Hernandez, Kylian Mbappé hérite du ballon et ajuste le portier espagnol Unai Simon, donnant l'avantage aux Bleus. Les Espagnols se ruent alors vers l'arbitre, l'Anglais Anthony Taylor, pour réclamer un hors-jeu, une situation aussitôt prise en charge par la VAR. Le but est rapidement validé, en raison de l'intervention manquée du défenseur Eric Garcia qui, en tentant d'intercepter la passe de Hernandez, n'a pu que dévier sa trajectoire et a remis Mbappé en jeu.

Sur ce point, les règles édictées par l'IFAB, l'instance régissant les lois du jeu, sont claires : "un joueur en position de hors-jeu qui reçoit un ballon joué délibérément par un adversaire, y compris de la main ou du bras, n'est pas considéré comme tirant un quelconque avantage de sa position, sauf en cas de sauvetage délibéré par un adversaire." Pour l'ancien arbitre international français Joël Quiniou, la décision est bonne, a-t-il souligné à l'AFP. "Garcia, qui a tenté de jouer le ballon, qui l'a touché et l'a dévié de sa course, a remis en jeu Mbappé. On ne peut pas considérer qu'il s'agisse d'un geste non-intentionnel."

 

"Correctement appliquée"

 

"C'est un cas d'école", juge auprès de l'AFP Bertrand Layec, également ancien arbitre. "Dans la phase de position, Mbappé est hors-jeu, mais à partir du moment où le défenseur joue le ballon de manière délibérée, il est remis en jeu. On peut être d'accord ou pas avec la loi, mais elle a été correctement appliquée." En Espagne, ce but a pourtant créé la polémique. "Ils sont en train de détruire le football", a titré lundi Marca, le journal le plus vendu en Espagne, précisant qu'"une incompréhensible intervention de la VAR sur une nouvelle et ridicule règle du hors-jeu a ruiné (les espoirs de) l'Espagne".

"Injustice", a pour sa part affiché en grandes lettres majuscules le quotidien catalan Sport, jugeant la décision "scandaleuse". "Avec l'ancien testament, (le ballon effleuré par Eric Garcia) n'aurait jamais annulé le hors-jeu. Mais avec le nouveau testament, si changeant, oui", a taclé lundi Alfredo Relaño, président d'honneur du journal sportif As et voix respectée du football espagnol. L'une des seules voix dissonantes en Espagne est celle de l'ancien arbitre Eduardo Iturralde Gonzalez: "les joueurs doivent connaître le règlement. Ils ont beaucoup de temps libre et il n'y a que 17 règles" a affirmé cet ex-arbitre devenu consultant, ajoutant que "si Eric Garcia la touche, il y a but".


>