Les enseignements de la fenêtre internationale

Le Portugal est favori à sa propre succession

4-1 à domicile contre la Croatie, 2-0 à l'extérieur en Suède : le Portugal n'a pas perdu de temps depuis le début de la Ligue des Nations. Dès sa reprise, et sans Cristiano Ronaldo, le tenant du titre a impressionné avec une performance collective remarquable face aux vice-champions du Monde. Le score final aurait pu être encore plus large si les montants de Dominik Livakovic n'avaient pas sauvé les Croates à plusieurs reprises. Ce succès a été bonifié avec autorité grâce à un doublé de CR7 en Scandinavie. En dépassant la barre des 100 buts sur la scène internationale, le joueur de la Juventus a permis aux siens de ramener trois précieux points de Suède. Avec deux victoires en deux matchs, la sélection dirigée par Fernando Santos a envoyé un message à la concurrence : elle compte bien conserver sa couronne.

 

L'Italie, c'est solide

D'abord tenue en échec par la Bosnie-Herzégovine (1-1), l'Italie s'est rattrapée avec un match très solide à l'extérieur pour battre les Pays-Bas (0-1). Le bilan de cette fenêtre internationale est donc très positif pour les hommes de Roberto Mancini. Grâce à ce succès de prestige sur une équipe néerlandaise en reconstruction depuis le départ de Ronald Koeman, la Squadra Azzurra est en tête de son groupe. Surtout, elle continue sur son incroyable série avec une invincibilité qui dure depuis deux ans. Malgré les nombreux changements réalisés entre ces deux rencontres, la sélection italienne a dominé. Elle s'avance avec des certitudes et avec un jeune joueur qui impressionne de plus en plus : Nicolo Barella.

Il manque un buteur à l'Allemagne

Cette semaine, l'Allemagne n'a pas réussi à remporter le moindre match. Une vraie déception. L'effectif allemand est de qualité mais il lui manque un véritable numéro 9 capable de marquer en toutes circonstances. Un vrai handicap. Si Timo Werner a fait trembler les filets contre l'Espagne, il n'a pas encore réussi à s'affirmer comme le buteur providentiel d'une sélection qui en a bien besoin. Contre la Roja (1-1) puis face à la Suisse (1-1), les hommes de Joachim Löw ont dominé, ils ont mené au score mais faute de tuer le match, ils ont été rattrapés. Un problème loin d'être récent qui inquiète. Pour remplir ses objectifs, la Mannschaft a besoin de retrouver son efficacité offensive.

Haaland, ça repart fort !

Au repos depuis la fin juin, Erling Haaland est prêt à en découdre. Pour sa reprise, il s'est illustré avec la Norvège. L'attaquant a marqué trois buts en deux matchs, un total qui fait de lui le meilleur buteur de la Ligue des Nations. Si sa réalisation contre l'Autriche n'a pas été suffisante pour permettre aux Scandinaves de l'emporter (1-2), son doublé en Irlande du Nord a contribué à la démonstration offensive de sa sélection (5-1). De bon augure avant les barrages de l'Euro mais aussi pour la reprise de la Bundesliga.

L'Angleterre, une semaine terne sur les terrains, mouvementée en-dehors

Alors que l'Angleterre visait un sacre à Wembley lors de l'Euro 2020, elle se retrouve à douter après deux matchs de Ligue des Nations décevants. En deux déplacements dans des pays nordiques, l'Islande et le Danemark, l'armada offensive des Three Lions n'a marqué qu'une fois. Et encore, c'était sur un pénalty généreux transformé par Raheem Sterling à la 90eme minute du match contre l'Islande (0-1). Incapable de marquer malgré ses nombreux talents, l'équipe entraînée par Gareth Southgate a été remaniée pour le match à Copenhague. Le résultat a été encore plus décevant avec un triste nul et un vrai problème dans l'animation offensive (0-0). Ce match où la possession stérile n'a pas fait oublier les exclusions de Phil Foden et Mason Greenwood pour avoir enfreint le protocole sanitaire en invitant des filles à l'hôtel de Reykjavik.