L1 (J20) : Clermont et Reims se neutralisent



Repartir du bon pied. Engagés à des degrés divers dans la lutte contre la relégation, Clermontois (seizièmes, 17 points) et Rémois (quatorzièmes, 23 unités) ne voulaient pas sortir bredouilles du premier match de la phase retour. Les Puydômois, qui n’avaient inscrits que 20 petits buts depuis le début du championnat, devaient faire sans Mohamed Bayo et ses 9 réalisations, ni Jim Allevinah, à la CAN. Pour la même raison, les Marnais ne pouvaient compter sur Moreto Cassamá, Ghislain Konan et El Bilal Touré, ni sur leur meilleur attaquant, Hugo Ekitike étant suspendu après un rouge reçu en Coupe de France.

Clermont a mis la pression dès les premières minutes, et Alidu Seidu a lancé à la 6eme Pierre-Yves Hamel en profondeur. Le remplaçant de Bayo a pris Wout Faes de vitesse, et cherché à mettre le ballon entre les jambes de Pedrag Rajkovic. D’un réflexe, le portier serbe a dévié de l’intérieur du mollet, et la tentative est passée juste à côté du poteau ! Les Marnais pouvaient respirer… Dynamiques, en mouvement, justes, les hommes de Pascal Gastien asphyxiaient les visiteurs. Hélas pour eux, à la 13eme, Seidu a raté le ballon, mais pas les jambes de Philippe Koffi en position de dernier défenseur.

Dès la 13eme, Seidu laisse les Clermontois à 10


M. Batta n’a pas hésité et exclu le défenseur ghanéen, coupable d’un tacle à retardement. « Seidu gâteau ! » a peut-être pensé Oscar Garcia, forcément plus ambitieux à la suite de ce coup du sort. Pourtant, son équipe a manqué d’inspiration collective et de qualité technique pour prendre le jeu à son compte. C’est même Clermont qui s’est procuré les deux occasions suivantes. D’abord à la 18eme, quand Hamel a remisé de la tête pour Jodel Dossou, qui a crocheté Faes et enchaîné du gauche des 16 mètres, obligeant Rajkovic à repousser du pied.

C’est des poings que le gardien serbe a mis en corner à la 21eme, sur un coup franc botté par Jason Berthomier, qui avait sauté le mur et cherchait l'intérieur du poteau côté fermé. Malmenés durant le premier acte, les visiteurs ont bien eu une (énorme) occasion à la 29eme. Suite à une bonne récupération de son capitaine Yunis Abdelhamid, Martin Adeline a adressé un caviar à Alexis Flips. Seul devant Ouparine Djoco, le jeune milieu a trop ouvert le pied et croqué la feuille de match.


A 11, les Rémois n’étaient pas assez pour faire la différence


Malgré l’entrée d’Ilan Kebbal à la pause, les Marnais ont encore subi au retour des vestiaires. Sans appels, sans décalages, sans complicité, ils ne parvinrent pas à dépasser la ligne médiane, alors même qu’ils auraient dû étirer leurs dix adversaires pour les fatiguer. Preuve que le défi physique des visiteurs n’était pas si intense, Pascal Gastien a attendu la 84eme minute pour effectuer son premier changement, et n’a procédé en tout et pour tout qu’à deux remplacements, quand son homologue en a fait cinq ! Il n’y a eu que deux temps forts dans une deuxième période privée de rythme et de bon choix côté rémois (seulement 287 passes réussies durant l’ensemble de la partie).

A la 63eme, Dossou a percuté côté gauche, se débarrassant de Maxime Busi, pour chercher ensuite le petit filet opposé. Du pied, à la manière d’un gardien de hand, Rajkovic a de nouveau empêché le Béninois d’ouvrir la marque. Dix minutes plus tard, Kebbal a pris sa chance sur un service d’Anastasios Donis. La frappe semblait bien partie, mais Vital N’Simba est revenu la dévier en corner. Grâce à l’abattage de ses coéquipiers, Djoco, le dernier rempart clermontois, n’aura pas eu à s’employer de la rencontre. Vraiment, Clermont ne méritait pas de perdre. Et Reims ne méritait pas de gagner.

>