AJA : L'hommage du football français à Hamel

"L'un des trois mousquetaires". Lionel Charbonnier a rapidement imagé ce que Jean-Claude Hamel représentait pour l'AJA. Président emblématique du club aux côtés du plus médiatique Guy Roux et du fantasque Gérard Bourgoin, ce dirigeant historique du football français aura été l'homme d'une grande aventure. Disparu ce mardi à 91 ans, il laisse un doux souvenir à tous ceux qui l'ont côtoyé, dans l'Yonne ou ailleurs. De son ami Guy Roux à son successeur Francis Graille, de ses anciens joueurs Djibril Cissé, Olivier Kapo ou Lionel Charbonnier à son homologue Michel Denisot, le foot français a rendu hommage à Jean-Claude Hamel.

"Comme mon grand frère" Guy Roux


Guy Roux (ancien entraîneur de l'AJ Auxerre, sur France Bleu) : "Il est dans les deux premiers qui m'ont lancé. Monsieur Garnault en 1961 et Monsieur Hamel en 63. J'ai fait tout le trajet jusqu'à 2007 à ses côtés. Il était trop jeune pour être mon père mais je pourrais dire que c'était mon grand frère dans la qualité de nos relations. Évidemment dans une entreprise comme l'AJA et un sport à risque comme le foot, on a eu de temps en temps des périodes chaudes mais il était d'une fidélité, il ne m'a jamais lâché. Je m'attendais à sa mort mais quand ça vient c'est quand même très dur."

Francis Graille (président de l'AJ Auxerre, sur France Bleu) : "L'AJA est en deuil. On perd un président extraordinaire, une personne animée d'une grande passion et on perd un ami. Jean-Claude Hamel c'était l'AJA, 46 ans de présidence, 46 ans où l'AJA a côtoyé les sommets avec des titres et des coupes. Sans Jean-Claude tout ça n'aurait pas été possible, sans sa pugnacité, son sens de l'organisation, sa volonté. C’est une réussite extraordinaire. Il ne l’a pas fait seul. Je ne vais pas minimiser les rôles de ses compagnons Guy Roux et Gérard Bourgoin. Mais on doit aussi beaucoup à Jean_Claude Hamel".




"Quelqu'un de très humain" Lionel Charbonnier


Lionel Charbonnier (ancien gardien de l'AJ Auxerre, RMC) : "L’anecdote, justement, c’est peut-être le fait que je n’ai pas d’anecdotes. On a vécu des choses, comme certains présidents qui sont omniprésents dans le vestiaire ou dans les différentes épopées. C’est un président qui a su être tout le temps discret, et c’est peut-être ça, l’anecdote. C’est qu’on le voyait très, très rarement. Il savait rester à sa place, être là quand on en avait besoin. C’était rare, mais c’était quand on avait besoin de réconfort après une défaite. Jamais un coup de gueule, c’était toujours une parole gentille pour nous encourager. Il n’est jamais entré dans un vestiaire pour pousser un coup de gueule, jamais, jamais, jamais. C’était toujours pour nous remettre à flot moralement. C’était quelqu’un de très humain".

Olivier Kapo (ancien attaquant de l'AJ Auxerre, So Foot) : « C’était un grand président, très proche de ses joueurs et vraiment amoureux de son club. Comme Guy Roux, c’était aussi un papa. Il déjeunait parfois avec nous au club, toujours très simplement. Je me souviens aussi qu’il venait souvent nous voir dans les vestiaires et disaient à certains "Salut toi, salut toi !" Quand il te disait ça, cela voulait dire qu’il savait qui tu étais et donc que tu étais bien payé. Parce que ceux qui ne l’étaient pas, ils ne les appelaient pas par leur nom (rires) !  »

Gérard Bourgoin (ancien président de l'AJ Auxerre, France Bleu) : "Je prend la nouvelle en pleine gueule comme on dit, je suis assis et je vais le rester. Je suis vraiment très touché. C'était un ami. C'était un grand bonhomme, un grand monsieur qui s'en va. Une personne opiniâtre qui ne lâche jamais. Il pouvait rentrer chez un transporteur à 6 heures de l’après-midi et n'en ressortir qu’à 4 heures du matin le lendemain, il ne repartait pas tant qu’il n’avait pas signé le camion. Une grande perte."

Jean-Pascal Mignot (ancien défenseur de l'AJ Auxerre, France Bleu) : "C'est une terrible nouvelle. C'est difficile à encaisser car pour moi ça été mon président pendant une quinzaine d'années. C'est une très bonne personne, avec une forte personnalité, il aimait ses joueurs, son club, il a participait grandement à la construction de l'AJA, il a fait l'AJA et j'ai juste envie de lui tirer mon chapeau et rendre hommage à ce grand homme".