PSG : Marquinhos, phare défensif d'un PSG parfois déboussolé

Panoramic

Vu de loin, le club de la capitale survole le Championnat avec onze points d'avance sur Nice et Marseille (un match en moins) avant la 21e journée ce week-end, que manquera la superstar Lionel Messi, en phrase de reprise après avoir contracté le Covid-19 pendant la trêve de fin d'année. Mais les victoires parisiennes ont souvent été ric-rac, grâce au bolide Kylian Mbappé, devant, et au solide Marquinhos, derrière. Le Brésilien de 27 ans a encore tenu la baraque dimanche dans le choc à Lyon (1-1), avec une intervention déterminante en fin de partie devant Rayan Cherki, notamment, de quoi parachever une partition sans fausse note. Le chef d'orchestre de la défense se distingue depuis le début de saison par une statistique étonnante: seulement deux fautes ont été sifflées contre lui en 15 matches de Ligue 1, aucune dans sa propre moitié de terrain. Sur les quatre derniers matches contre Lens, Monaco, Lorient et l'OL, le N.5 parisien n'a pas commis la moindre faute.

"Toujours bien placé"


L'international auriverde ne rechigne pas à aller au duel, mais cela ne l'empêche pas d'être propre dans ses interventions, une caractéristique qui enchante Alain Roche. "Il a un bon timing, une bonne anticipation et il n'est jamais au sol, ça veut dire qu'il est toujours bien placé", a décrypté l'ancien défenseur du PSG sur Canal+. "Il y a des défenseurs qui amènent de l'appréhension aux attaquants, mais lui, il amène de l'impuissance à l'attaquant. T'as l'impression que l'attaquant face à lui ne sait rien faire", a commenté le Français, saluant "peut-être le meilleur défenseur du Paris Saint-Germain depuis la création du club". Arrivé il y a neuf ans, Marquinhos a pris une nouvelle dimension depuis le départ en 2020 de son compatriote Thiago Silva, ancien patron de la défense parisienne et ex-capitaine des Rouge et Bleu. 

"Ça fait des années qu'il est au club, ça fait de lui un joueur important pour l'équipe", a résumé vendredi l'entraîneur Mauricio Pochettino. Sa polyvalence a notamment permis de combler les trous dans l'effectif parisien la saison dernière, au milieu ou sur le côté droit, une tâche dont il s'est acquittée sans se plaindre et avec sérieux. Il a récupéré sa place dans l'axe de la défense cette saison, malgré la concurrence nouvelle de l'Espagnol Sergio Ramos, arrivé l'été dernier du Real Madrid bardé de trophées (Mondial, Euro, quatre titres en Ligue des champions...).

Palmarès creux en club


La Ligue des champions, elle, manque au palmarès de Marquinhos, sevré de titre majeur en club. Le Brésilien peut encore rêver de devenir le premier capitaine parisien à soulever la Coupe aux grandes oreilles, mais cela passe déjà par une confrontation compliquée en 8es de finale contre le Real Madrid (15 février-9 mars). "Cela fait neuf ans que je suis ici, tout le monde attend les matches de Ligue des Champions. Mais pour arriver là, il faut passer par ces matches, par la Ligue 1", a-t-il coupé dimanche au micro du diffuseur Prime Video. La campagne nationale se poursuit samedi face à Brest, 13e du Championnat, que le PSG a battu 4-2 durant la phase aller.

Attendu sur la pelouse du Parc, Marquinhos devrait disputer contre Brest son 345e match sous le maillot parisien, ce qui en ferait le quatrième joueur le plus capé de l'histoire du club devant Safet Susic et Paul Le Guen, une unité derrière. Dans l'effectif actuel, seul l'Italien Marco Verratti le devance, de quelques longueurs. Convoqué avec la Seleçao pour affronter l'Equateur et le Paraguay, il manquera en revanche le huitième de finale de Coupe de France le 31 janvier contre Nice. Le Brésilien est sous contrat jusqu'en 2024 avec le PSG, mais des négociations ont été engagées pour le faire prolonger de deux ou trois ans supplémentaires, selon la presse. Histoire de faire de "Marqui" un capitaine au long cours.

 


>