OM : Comment Villas-Boas veut sortir de la crise

Panoramic

L’OM est tombé très bas samedi dernier en s’inclinant à domicile contre la lanterne rouge du championnat, le Nîmes Olympique. Les Phocéens ont cédé sur le score de 2-1, et ce faux-pas les a relégués à huit points du podium. Une sortie de route inadmissible et qui a provoqué une crise en interne. Des langues se sont déliées pour dire ce qui ne va pas, dont celle de l'entraineur.

« Le président a bien parlé »


André Villas-Boas a été parmi ceux qui ont haussé le ton au coup de sifflet final. Le coach portugais avait souligné le mauvais comportement de ses troupes. A froid, ce lundi, il n’a pas souhaité en rajouter. En revanche, il a mis en avant l’utilité d’un dialogue pour avancer dans le bon sens. « Ce n'était pas seulement mon message vers les joueurs, mais aussi celui le président vers eux, avec le staff il y a beaucoup de bons échanges. J'espère que ça va donner un impact positif sur l'état d'esprit je n'ai aucun doute », a-t-il confié.

Jacques-Henri Eyraud, le président, a utilisé des termes très durs pour tancer les joueurs. Certains l’ont jugé trop sévère, mais pour AVB, « il a bien parlé ». « Le président a pris la parole, il a dit ce qu'il avait à dire de la part du club. Il est important que le président se montre présent dans la dynamique d'un club », a-t-il ajouté.

 

 

 

Villas-Boas compte sur ses cadres


Le technicien lusitanien a conclu en assurant que tout le monde tire dans le même sens, et qu’il n’y a pas de fracture dans le vestiaire. « Tous ont pris la parole, les capitaines, c'était important pour nous. On s'invite tous à se regarder dans le miroir pour faire mieux. L'unique bonne chose du match contre Nîmes, c'est que cette défaite a fait sortir des choses qui s'étaient accumulées ». Maintenant que l’abcès est crevé, il convient de réagir sur le terrain.

Contre les Crocos, les cadres marseillais ont donné l’impression de jouer chacun leur partition, à l’instar de Florian Thauvin et de Dimitri Payet. Invité à s’exprimer sur ses dissensions, leur coach a préféré rester discret
« Je ne veux pas mettre ça sur la place publique, mais j'ai reçu tous les deux dans mon bureau, Steve aussi. Ça reste entre nous. On a besoin des trois à leur meilleur niveau ».
 

Villas-Boas : "Un match misérable"

 


>