Olmeta : « Personne ne comprend ce qu'il se passe à l'OM »

Comme à son image, Pascal Olmeta (59 ans) n'a jamais fait dans la dentelle. Que ce soit sur le terrain ou en dehors, le fantasque gardien de but ne fait pas les choses à moitié. Alors que l'Olympique de Marseille retrouve ce mercredi soir la Ligue des Champions contre l'Olympiakos (21h) après sept ans d'absence, le Bastiais dévoile une vision très personnelle du club olympien et de ses dirigeants dans les colonnes du Figaro. « C'est une équipe jeune, souriante avec des qualités, a d'abord lancé celui qui a pris sa retraite en 1999. Il faut éviter le fiasco de la dernière campagne 2013/2014 avec 0 point au compteur. Cette équipe est mieux armée mais il ne faut pas de blessés car l'effectif n'est pas assez fourni. »

En revanche, Pascal Olmeta a fustigé l'absence de C1 dans le calendrier de l'OM jusqu'à aujourd'hui : « Ce n'est pas normal et c'est inadmissible. Quand tu t'appelles l'Olympique de Marseille, que tu as remporté la plus belle des Coupes d'Europe en 1993 et brillé sur la scène européenne, tu ne peux pas vivre de la sorte. Jamais personne ne comprend ce qu'il se passe dans ce club. On voit toujours des nouvelles têtes dirigeantes qui ne servent à rien. Il faut que l'OM soit le plus identitaire possible pour revenir au sommet. »

« Je ne ressens pas cette mentalité de gagnant »


Celui qui a remporté la Ligue des Champions en 1993 en tant que remplaçant de Fabien Barthez, estime que l'équipe dirigeante du club olympien ne met pas tous les ingrédients pour faire revivre les frissons des grands soirs européens : « Je ne ressens pas cette mentalité de gagnant qui doit transpirer partout dans le club. L'OM est encore pire qu'un club de seconde zone d'Europe, ça ne choque personne au club de voir l'équipe absente autant de temps en Ligue des Champions. Quand tu dois remonter à 1991 (la finale perdue à Bari contre Belgrade) ou 1993 (victoire contre l'AC Milan sur un but de Boli en finale) pour faire briller les yeux des supporters, ça commence à faire vieux. »

S'il apprécie plutôt le visage des Olympiens, il reste lucide concernant les ambitions réelles de l'OM : « C'est tout ce que je leur souhaite (de se qualifier pour les 8eme de finale), mais ce ne sera pas chose aisée avec l'Olympiakos, Porto ou encore Manchester City. J'apprécie le travail de Villas-Boas, c'est un excellent entraîneur mais quand vous voyez qu'il est à deux doigts de quitter le club à l'intersaison, ce n'est pas comme ça que tu te projettes dans l'avenir. Le manque de continuité est un vrai problème à l'OM. » Premier élément de réponse ce mercredi soir face à l'équipe supposée la plus faible sur le papier.