Marseille : William Saliba, à très grands pas

Reuters

Capitaine des Espoirs, Saliba ne devait pas initialement visiter l'étage du dessus. Mais le forfait de Benjamin Pavard lui a offert une petite place et le grand défenseur central en a bien profité. Sa première sélection, vendredi dernier à Marseille contre la Côte d'Ivoire (2-1), a pris des airs de fête, le Vélodrome saluant d'une immense ovation chaque ballon touché par l'habituel N.2 de l'OM. "Ce maillot, je ne vais pas le laver", a ensuite souri Saliba, entré en jeu pour une dernière demi-heure réussie. Il a ensuite enchaîné avec une première titularisation face à l'Afrique du Sud (5-0), où il a alterné avec sérénité entre l'axe droit et le centre de la défense à trois.

Débuts à Bondy

"William est d'un calme olympien", a relevé Didier Deschamps, qui sait désormais qu'il peut compter sur une option supplémentaire en défense centrale, même si la Mondial-2022 au Qatar vient sans doute un peu vite pour le Marseillais. Avant de le lancer en Bleu, le sélectionneur avait détaillé les qualités du joueur prêté à l'OM par Arsenal: "C'est un bon défenseur dans les duels. Il va vite, il a un bon jeu de tête et il dégage beaucoup de sérénité, même si ces jeunes joueurs ont parfois des petits excès dans la relance."

Les compliments sur son jeu de tête sont sans doute excessifs et influencés par sa grande taille (1,93m) car il s'agit plutôt d'un secteur à travailler. Mais pour le reste, le portrait-robot correspond à ce que voient les supporters marseillais depuis le début de saison. A l'aise avec le ballon et dans son placement, rapide, Saliba est le joueur le plus utilisé par Jorge Sampaoli et il a confirmé ce qu'il avait déjà montré lors de la deuxième partie de saison dernière quand les Gunners l'avaient prêté à Nice: il a de l'avenir. A la fin du mois d'octobre, quand tout Marseille était déjà convaincu d'avoir réussi une superbe pioche, le milieu de terrain Pape Gueye avait aussi souligné les qualités mentales de son partenaire, qui a débuté le foot à Bondy, où il était coaché par le père de Kylian Mbappé.

Nouveau prêt à Marseille ?

"J'ai vu ici qu'il était très mature et ça se voit dans son jeu. Il sait quand prendre des risques ou pas et c'est très fort à son âge. C'est un top joueur, il est à l'écoute et il va être énorme", avait assuré le Sénégalais. De fait, le jeune défenseur a aussi impressionné par sa lucidité dans ses prises de parole, parfaitement conscient de ses erreurs et du chemin qui lui reste à parcourir. "J'ai donné deux buts à la Lazio", a-t-il ainsi reconnu après la réception du club romain en octobre (nul 2-2). "Depuis début février, je suis très moyen. Je sais que je dois travailler", a-t-il aussi déclaré début mars, avec en tête le match rejoué à Lyon, où Moussa Dembélé l'a mystifié sur le but de la victoire de l'OL (2-1).

Depuis, Saliba a redressé la barre jusqu'à devenir international. Et avec l'OM, il a désormais une qualification pour la Ligue des champions à aller chercher, avec une première étape importante samedi à Saint-Étienne, là où il a joué deux saisons qui ont convaincu Arsenal de miser près de 30 millions d'euros sur lui. "Je suis très heureux ici, je me sens très bien. On va s'asseoir en fin de saison et on verra", a-t-il simplement assuré à propos d'un éventuel avenir à l'OM. Sa valeur actuelle et son statut de néo-international rendent a priori un transfert inaccessible pour le club provençal. Mais un deuxième prêt semble envisageable. Marseille espère.


>