Lille - Gourvennec : "Yilmaz s'est excusé"


L'épisode de la sortie précipitée de Burak Yilmaz est visiblement terminé. Samedi dernier face à Brest, l'attaquant du LOSC a rejoint les vestiaires lors de son remplacement par Jonathan Ikoné, survenu à la 77ème minute de la rencontre. Une décision motivée par la frustration du résultat lors de ce moment, qui a également été le résultat final pour les champions de France (1-1). Ce mercredi en conférence de presse, Jocelyn Gourvennec est revenu sur ce thème. "On s'est vu, oui. Il m'a dit qu'il avait été frustré du résultat et du fait qu'on soit toujours à égalité avec Brest. Il avait envie de faire beaucoup pour l'équipe. Il s'est excusé", a affirmé le coach de Lille dans des propos relatés par L'Equipe. Il a également précisé qu'il avait évoqué avec son attaquant la période compliquée traversée (2 buts en 9 titularisations en Ligue 1).

"Si on finissait mieux, on serait troisième"


"En termes de stats oui, c'est moins bien. Mais il donne beaucoup. Il joue tous les trois ou quatre jours. Les matches s'enchainent, c'est énergivore. Il y a plus de fatigue, donc plus de frustration. Mais Burak est lucide. Il y a beaucoup de caractère dans ce groupe", a rappelé Gourvennec, qui a expliqué que son groupe, actuellement à la dixième position du championnat de France, manquait de réalisme au moment de concrétiser les occasions. "J'ai vu une stat récente sur les expected goals : avec une meilleure finition, nos productions auraient dû nous permettre d'être aujourd'hui troisième de Ligue 1. On sait jouer au foot, on prépare bien mais on finit mal. Si on finissait mieux on serait troisième."


Privé de Benjamin André, suspendu, contre le PSG, le natif de Brest a assuré s'attendre à un match difficile sur la pelouse du Parc des Princes, vendredi soir en ouverture de la 12ème journée du championnat de France (21 heures), mais a souligné les capacités de son équipe à se hisser possiblement à la hauteur de ce match face au leader. "Ils sont très efficaces depuis le début de saison. Il faudra être prêt à beaucoup courir, avec ou sans le ballon. Prêts à souffrir ensemble. Mais il faudra aussi jouer au foot. On a la qualité pour tenir le ballon et travailler chez eux. Au Parc on ne peut pas seulement jouer en transition", a analysé Gourvennec.

>