Ligue 1 - Première perdante pour Ben Arfa avec Lille !

Panoramic

Ben Arfa n'a pas suffi: plombés par un but d'entrée et en manque de réussite, les Lillois ont enregistré à Brest leur première défaite depuis octobre (2-0) en championnat et voient leur remontée vers les places européennes freinée, samedi lors de la 22e journée de L1. Ils avaient été valeureux à 10 contre 11 à Marseille (1-1), efficaces mercredi face à Lorient (3-1) mais le 3e match en 6 jours aura été de trop. Scotchés à une désormais fragile 8e place (32 points), les Dogues ont deux semaines pour se préparer à recevoir le PSG, la dernière équipe à les avoir battus le 29 octobre, même s'ils se sont inclinés aux tirs au but à Lens en Coupe de France. 

En revanche, Brest, qui avait déjà surpris les futurs champions la saison dernière (3-2 en novembre 2020) se remet après ses défaites contre Nice (3-0) et à Paris (2-0) et remonte à une 12e place provisoire (28 points), avec 11 points d'avance sur la zone de relégation. Les Lillois ont été cueillis à froid dès les premières minutes, quand Ronaël Pierre-Gabriel a centré pour Steve Mounié: en tentant de s'interposer, Tiago Djalo, gêné par son capitaine José Fonte, a involontairement trompé Ivo Grbic (1-0, 3e). Les hommes de Jocelyn Gourvennec, qui était de retour sur le banc après avoir eu le Covid, ont vite tenté de réagir, mais sans la réussite qui leur avait permis de mener 3-0 au bout d'une demi-heure mercredi contre Lorient... Ils ont en effet manqué de précision dans les dernières passes et se sont de plus heurtés à un gardien en forme: Marco Bizot s'est ainsi plusieurs fois interposé face à Jonathan David (7e, 45e+1), Jonathan Bamba (67e) et Burak Yilmaz (13e). 

L'attaquant turc a aussi vu Lilian Brassier se jeter sur une balle de but (35e) et Pierre-Gabriel dégager de justesse une tête bien cadrée (41e). Et quand il a été bien lancé dans la profondeur, il n'a pas trouvé le cadre (64e). En seconde période, les Brestois se sont montrés plus entreprenants, mais sans desserrer l'étau en défense, au point que les gestes de frustration se sont multipliés côté lillois. Lille a enclenché l'accélérateur dans le dernier quart d'heure, après l'entrée en jeu d'Hatem Ben Arfa. L'ancien international de 34 ans, qui s'est engagé mercredi pour la fin de la saison mais n'avait plus joué depuis mai, a semblé bien en jambes. Il a ainsi tenté un une-deux avec David (85e) et une reprise de volée au point de penalty, mais pas assez puissante pour inquiéter Bizot. Et sur un contre, Brest a enfoncé le clou sur un penalty obtenu pour un tacle de Zeki Celik sur Franck Honorat et transformé par Mounié (90+5).


>