Ligue 1 - Chute en Bourse du cours de l'OL après des doutes sur son rachat

Reuters

A 10H42, l'action chutait de 13,98% à 2,40 euros, bien loin du prix des 3 euros par action promis par l'Américain John Textor pour racheter le club. Lundi, OL Groupe lui a donné un "ultime délai" de deux jours pour finaliser l'opération, après plusieurs reports. La cession, dans un premier temps fixée à fin septembre, a depuis été différée à plusieurs reprises et l'action était même suspendue à la Bourse de Paris depuis le 17 novembre, dans l'attente d'avancées. Lundi dans la journée, "au regard des avancées réalisées dans les 48 dernières heures, les vendeurs et OL Groupe ont accepté de concéder un ultime délai à Eagle Football au 7 décembre 2022 pour trouver un accord final, inconditionnel et financé avec l'ensemble des parties", a indiqué la holding propriétaire du club lyonnais lundi dans un communiqué. Le groupe a averti toutefois que, "passé ce dernier délai, les vendeurs et OL Groupe ne pourront que constater qu'il est devenu improductif de donner un délai supplémentaire à Eagle Football".

La holding américaine regroupant John Textor et l'homme d'affaires canadien Jamie Salter s'est engagée fin juin à acquérir la totalité des actions et la moitié des Osranes (obligations convertibles en actions émises pour financer la construction du Groupama Stadium) détenues par Holnest, la holding de la famille de Jean-Michel Aulas (27,7% du capital), ainsi que la totalité des parts détenues par Pathé (19,3%) et le fonds d'investissement chinois IDG Capitals (19,8%). Elle est encore en attente du feu vert de la Premier League au montage prévu. L'opérateur de la Bourse de Paris, Euronext, avait annoncé via une notice sur son site internet que la cotation reprendrait mardi. Les premiers échanges ont été chaotiques en Bourse et les nombreux ordres ont différé la reprise de la cotation. L'action a plongé à 2,22 euros à l'ouverture, soit une chute de 20%. Mais depuis le 1er janvier, l'action est encore en hausse de près de 20%. 


>