L1 (J4) : Malmené, Nantes résiste à Saint-Etienne

Comme si c’était trop beau pour que ça dure. Impressionnant depuis l’entame du championnat, Saint-Étienne, leader de Ligue 1, s’est montré méconnaissable en fin de partie à la Beaujoire. Gérant son match et menant de deux buts à 20 minutes du terme (grâce à Aouchiche et Maçon), les Verts ont perdu leurs moyens et ont vu leur avance fondre (2-2, Simon puis Emond), s’arrêtant à trois succès de rang mais conservant la tête du championnat à la différence de buts devant Rennes.

Tout avait commencé comme sur des roulettes pour les hommes de Claude Puel, et ce dès les premières secondes. Il n’a pas fallu attendre plus de deux minutes pour voir la pépite Adil Aouchiche faire trembler les filets pour la première fois en Ligue 1, sur un bon mouvement mené par Denis Bouanga et Yvan Neyou. Plus d’une heure et un changement de côté plus tard, Yvann Maçon y allait de son pétard dans la lucarne d’Alban Lafont (66eme), signant lui carrément sa première réalisation en professionnel. L'ASSE venait de plier le match, pensait-on.

Les Canaris n'ont jamais abdiqué


D’autant que les faits de jeu avaient plutôt été en faveur des visiteurs jusqu’ici, une charge de Timothée Kolodziejczak sur Ludovic Blas dans la surface n’ayant pas été sanctionnée et un but de la tête du pauvre Randal Kolo Muani, comme la semaine dernière, ayant été invalidé par la VAR à cause d’un hors-jeu de Blas au départ. Nantes, qui n’avait donc pas démérité jusqu’ici malgré des imperfections et un retard au tableau d’affichage, s’est remis dedans passé la 70eme, notamment grâce à ses remplaçants, et les hommes du Forez ont volé en éclat face à la pression mise par les Canaris.

La bonne entrée de Kader Bamba a amené la réduction de l’écart (sur un service de Denis Appiah) par Moses Simon, enfin sorti de sa boite après la pause pour offrir une deuxième période de haute qualité après un début de saison moyen. Et celle de Renaud Emond a vu le Belge égaliser quelques secondes seulement après sa sortie du banc, en renard sur sa première touche de balle suite à un coup de billard sur coup-franc. Improbable, d’autant que l’ancien du Standard n’avait lui non plus jamais planté dans l’élite française. Simon est même passé tout proche du pion de la gagne sur un centre de ce même Bamba (93eme), au moment où les visiteurs avaient la tête sous l’eau. Ironique, c’est presque Saint-Étienne qui peut se réjouir de ce point du nul.