L1 (J36) : Tenu en échec par Rennes, le PSG perd du terrain sur Lille



S’accrocher aux dernières branches pour y croire, encore. Le Paris Saint-Germain n’a plus d’autres alternatives. Après le succès de Lille dans le derby du Nord contre Lens vendredi (3-0), le champion en titre avait l’obligation de répliquer sur la pelouse du Stade Rennais, autre candidat européen. La mission était ardue. De quoi replonger directement dans le grand bain pour passer la pilule de la C1. Les Parisiens ont largement rempli leur contrat, avec une prestation très aboutie. Mauricio Pochettino devait encore se passer de Kylian Mbappé, suspendu, en plus de Marco Verratti, qui a rejoint l’infirmerie. Le technicien argentin a finalement opté pour un onze assez inédit en 4-4-2 avec Di Maria et Draxler en animateurs, confortant ainsi le rôle axial de Neymar, cette fois-ci derrière Moise Kean. Dans l’entrejeu, la paire Danilo-Herrera devait aller au combat.

Solide sur le plan technique et intéressant tactiquement, ce rapport de force a mis un peu de temps à se débrider. Forts d’un bloc bien compact, les Parisiens ont tenté d’éteindre les brèches crées par les attaquants de percussion du Stade Rennais, à l’image du remuant Doku. C’était la première étape. La seconde consistait à accentuer la pression. Paris a mis le temps pour y parvenir. Après deux mouvements collectifs de qualité conclus sans réussite par Ander Herrera (11e, 17e), le rythme est un peu retombé. Parce qu’il fallait une étincelle, tous les regards étaient braqués sur Neymar.

Paris manque le coche


Quid de la superstar brésilienne justement ? Bien cernée – parfois au-delà des limites, ses mollets se souviennent encore de la semelle de Bourigeaud en début de match – le meneur de jeu brésilien a longtemps cherché la bonne formule. Toujours aussi libre entre les lignes, il n’est pas tombé dans la facilité et n’a pas surjoué. Les Rennais ne l’ont simplement pas laissé respirer. Reste que l’artiste n’a pas tremblé pour donner l’avantage à Paris en transformant un penalty provoqué par Kurzawa sur une faute d’Abeid, en fin de première période (0-1, 45e+6). Un penalty à l’image de son match. Pas aussi limpide que d’habitude, mais capitale à cet instant précis… En face, les Rennais ont bien exploité le côté droit, où Layvin Kurzawa est apparu en difficulté. Guirassy avait fait passer quelques frayeurs, notamment sur un but refusé pour une position de hors-jeu (29e). L’avant-centre rennais a pesé dans le jeu, mais c’est sur corner qu’il a trouvé le chemin des filets, avec une tête puissante qui a heurté le poteau (1-1, 70e). Un coup sur la tête pour les champions en titre, qui ont dû trouver les ressources pour remettre un coup de collier dans le dernier quart d’heure. Il n’est jamais arrivé, d’autant que Presnel Kimpembe a laissé ses coéquipiers à dix après un tacle sur Doku (88e). Keylor Navas a même évité le pire sur un missile de Tait en fin de match (89e). En lâchant deux nouveaux points dans la course au titre, le Paris Saint-Germain fait forcément de Lille, qui se rapproche de plus en plus du Graal, à deux journées de la fin.

>