L1 (J32) : Montpellier et Reims se neutralisent



Dans le ventre mou, Héraultais et Marnais cherchaient leur second souffle après deux défaites de rang. Ce sont les hommes d’Olivier Dall’Oglio qui ont cherché à bomber le torse les premiers, à l’image de Mamadou Sakho, vite auteur d’un tacle glissé destiné à impressionner Dion Lopy. Le ballon circulait bien dans les pieds des locaux, mais les visiteurs, habitués à subir, ne laissaient pas d’espace et communiquaient avec efficacité… au moins jusqu’à la 25eme minute. Dans le rond central, Wout Faes a voulu servir Marshall Munetsi de la tête. Surpris, le milieu zimbabwéen reconverti en défense a cherché la remise vers son gardien, ratant le ballon ! A l’affût, Elye Wahi a anticipé l’erreur et filé en profondeur. Heureusement pour les oreilles de Munetsi, Pedrag Rajkovic avait lui aussi vu venir l’erreur de son coéquipier. Sortant à toute vitesse de sa surface, le portier serbe a taclé Wahi et pris le ballon de la cuisse. Dans ce premier acte plein d’intensité dans les duels, mais pauvre en justesse à l’approche des zones de vérité, il a fallu attendre la 40eme minute pour assister au deuxième frisson. Côté droit, Ilan Kebbal a combiné avec Maxime Busi pour centrer au sol en retrait. Jens Cajuste avait suivi pour reprendre à l’angle des 5,50m. Gêné par l’excellent tacle de Maxime Esteve, le talentueux milieu suédois a échoué sur Dimitry Bertaud.

La Paillade fait feu de paille en première période



Bis repetita deux minutes plus tard, quand la recrue la plus chère de l’histoire du Stade de Reims a repris d'un délicieux ciseau le centre rentrant venu de la droite et de Kebbal. Le ballon s’est dirigé lentement vers la lucarne, et les gants du gardien pailladin. M.Gautier a sifflé la fin du premier acte sous la bronca de la Mosson. Le public montpelliérain s’est levé à la 56eme minute, quand Wahi a réussi un contrôle orienté sublime sur une ouverture aérienne. En pleine surface, l’attaquant héraultais s’est retourné en s’emmenant le ballon, tout en évitant Faes. Pour la seconde fois de la partie, il a ensuite buté sur Rajkovic. Entrée à la pause avec beaucoup d’envie, Arbër Zeneli a embarqué Esteve à la 60eme pour frapper fort du droit sur la droite de la surface. Bien placé, Bertaud a pu bloquer le tir. Six minutes plus tard, le Kosovar a expédié à côté sa volée, alors qu’il était plein axe, à quelques mètres de la cible, et avait le temps de s’appliquer face à des adversaires restés sur leurs appuis.

Un 0-0 pas si décevant


Les Montpelliérains étaient inoffensifs. Olivier Dall’Oglio voulut secouer le cocotier en lançant Rémy Cabella. Râteaux, roulettes, décalages bien sentis, l’enfant prodigue a régalé, mais il fut trop seul. La dernière occasion vint de sa magnifique ouverture côté gauche aux portes du temps additionnel. Andreaw Gravillon n’avait pas fait l’effort de suivre Wahi de l’autre côté. Le seul attaquant montpelliérain à se montrer dangereux cet après-midi frappa lourdement en bout de course, de l’angle droit de la surface. Rajkovic claqua le ballon, qui prenait la direction de la lucarne. Quelques instants plus tard, M.Gautier renvoya les protagonistes aux vestiaires, à nouveau sous les sifflets du public. Les deux formations pourront voir le verre à moitié plein parce qu’elles n’ont pas perdu, que Montpellier a résisté aux neuf frappes cadrées adverses, et que Reims a retrouvé du jeu en même temps que des joueurs de valeur (Cajuste et Zeneli), de retour de blessure et déjà indispensables à la création.

>