L1 (J22) : Le derby pour l'OL



Il y a un monde d'écart, aujourd'hui, entre Lyon et Saint-Etienne, deux rivaux qui se haïssent et ne sont pas où ils voudraient être. C'est l'histoire de cette soirée. Et pour accentuer un peu plus le constat, on rappellera que l'animosité d'un derby balaie souvent la photographie d'un classement. Cette fois-ci, il n'en a rien été. Dans l'atmosphère morne d'un stade clairsemé, le dixième de Ligue 1 a dominé le dernier dans les grandes largeurs pour l'emporter. C'est tout. Une logique implacable qui dessine les trajectoires futures des deux clubs.

L'OL n'a (presque) pas tremblé


Il faut dire que l'OL n'a pas vraiment eu à forcer son talent pour s'adjuger ce derby. Le scénario y a été pour quelque chose, aussi. Le plan des Verts, vieux comme le foot, consistait à fermer les espaces avec un bon quadrillage du terrain pour contrer. Or, le verrou a sauté rapidement, trop rapidement pour cette équipe si fragile. Dès le quart d'heure de jeu, Moussa Dembélé a obtenu un penalty qu'il s'est chargé de transformer avec autorité (1-0, 15e s.p.).



Dès lors, les Verts n'avaient pas de plan B. Le suspense de ce derby a continué à planer sur la seule maladresse des Lyonnais, pas assez réalistes pour convertir leurs nombreuses occasions de break, à l'instar d'Aouar - vraiment pas verni dans le dernier geste (38e, 56e, 78e) -, ou de l'entrant Kadewere, pas plus heureux face à un Bernardoni en feu (73e).

En face, l'équipe de Pascal Dupraz n'a eu que des miettes à se mettre sous la dent. Bloqués dans le jeu, les Verts se sont contentés de peu, faisant passer un frisson sur coup de pied arrêté lorsque Mahdi Camara, esseulé, a contraint Lopes à sortir le grand jeu sur un coup de tête (41e). Et c'est à peu près tout. Sûr de sa force, l'OL a conservé son maigre avantage jusqu'au bout. Dixième, le club rhodanien revient à des altitudes plus conformes à son standing, à trois points du top 5.

>