L1 (J17) : Angers repart de l'avant à Reims



Ce sont les visiteurs qui ont entamé la partie avec les meilleures intentions. A l’affût sur un coup-franc excentré joué nonchalamment par Pedrag Rajkovic, Stéphane Bahoken s’est jeté dans les pieds de Ghislain Konan à la 11eme. Le tacle de l’attaquant camerounais a envoyé le ballon rouler à quelques centimètres de la cage désertée !

Les débats s’équilibraient à l’approche de la demi-heure de jeu, lorsque Valon Berisha s’est rendu coupable d'un croc en jambe sur Sofiane Boufal, après avoir été dépassé par le Marocain. Faute grossière et carton jaune justifié. Dans la foulée, le Kosovar est même venu reprocher à son adversaire son manque de virilité…

Berisha noir


A la 36eme, en retard sur son pressing, l’ancien pensionnaire du Red Bull Salzbourg a attrapé la cheville de Jimmy Cabot, alors que le piston angevin venait de se débarrasser de lui. Une intervention aussi stupide qu’inutile, à 80 mètres de son but. M.Hamel n’avait d’autre choix que de sortir une deuxième biscotte, excluant ainsi le milieu rémois, qui laissait prématurément ses partenaires à 10.

Mickaël D’Amore, qui remplaçait pour la deuxième fois Oscar Garcia (Covid) voyait ses possibilités se réduire, et demandait à ses protégés de tenir le 0-0 jusqu’à la pause. Quelques instants plus tard, l’intenable Cabot a débordé Konan, puis centré fort et rentrant. Au point de penalty, Angelo Fulgini a mis la tête en opposition. Le ballon a rasé la lucarne opposée. Le score en est resté là jusqu’à la mi-temps.



Dans le vestiaire, Gérald Baticle demandait à ses hommes d’aller chercher les trois points. Le tacticien du SCO ne pensait pas que ça irait aussi vite, quand M.Hamel a désigné le petit rond blanc suite à un tir de Boufal détourné par une main (collée au corps) d’Azor Matusiwa peu après la reprise. Très sévère, la sanction l’était encore plus au regard de l’infériorité numérique des locaux. Nullement perturbé par les petits sauts de Rajkovic sur sa ligne, l’international marocain ne faisait pas de sentiment et bloquait le pied droit vers la gauche, à mi-hauteur. Si le gardien serbe était parti du bon côté, le ballon était trop puissant et trop bien placé pour qu’il puisse l’arrêter.

Les visiteurs étaient désormais dans un fauteuil. Mais Ekitike y croyait toujours ! Quelques minutes plus tard, la pépite marnaise a pris la profondeur, effaçant Danijel Pekovic avant de chercher à conclure en angle fermé… la base du deuxième poteau renvoyait sa tentative. Galvanisés par cette percée, les Rémois se ruèrent à l’attaque, et Thomas Foket, trouvé par Ilan Kebbal dans la surface, se faisait accrocher par Souleyman Doumbia. Petkovic – qui pensait avoir repoussé le penalty d’Ekitike – n’avait pas les deux pieds sur la ligne au moment de la frappe. Le meilleur artilleur du Stade de Reims ne foirait pas sa deuxième munition, et s’appliquait du droit pour mettre le ballon dans le soupirail gauche. Hors de portée du portier angevin.

Boufal et Fulgini finissent par faire craquer les Rémois





Généreux, à l’image d’un Kebbal à la fois ailier gauche et arrière-droit, les locaux coulissaient pour fermer les espaces face aux transmissions des hommes de Gérald Baticle. Mickaël D’Amore tardait à injecter du sang neuf, et sa ligne défensive craqua à la 76eme. Dans le cœur du jeu, Boufal vit l’appel de Fulgini, laissé libre par Foket. Côté droit face à Rajkovic, le numéro 10 du SCO a croisé d'un petit coup de patte au-dessus du gardien serbe, redonnant l’avantage à son camp. Malgré les entrées tardives d’Alexis Flips, El Bilal Touré et Anastasios Donis pour forcer la décision, les Marnais n’ont pu mettre à nouveau en danger des visiteurs qui avaient compris la leçon, préservant leur précieux succès à l’extérieur jusqu’au coup de sifflet final.

>