L1 (J12) : Lille concède le nul à Saint-Etienne

Un choc des extrêmes : l’affiche dominicale de cette 12eme journée mettait en scène deux écuries aux trajectoires opposées. En déliquescence totale depuis deux mois, l’AS Saint-Etienne semblait condamnée à l’exploit contre une formation lilloise pleine de certitudes, malgré la cadence infernale du calendrier. Pour l’occasion, Christophe Galtier avait procédé à une rotation attendue, avec la titularisation du jeune Lihadji sur le flanc droit. En face, l’heure n’est plus aux expérimentations pour Claude Puel, contraint d’aller contre ses propres convictions en réintégrant certains cadres chevronnés pour entourer sa jeune garde.

Saint-Etienne commence à reverdir...

Cette rencontre pourrait presque être fractionnée en deux, tant le LOSC a été méconnaissable durant le premier acte. Plus incisifs, plus compacts, plus fluides aussi, les Verts ont rapidement donné le ton en effectuant un pressing agressif sans le ballon pour se projeter rapidement dès la récupération. Avec une certaine variété dans ses attaques, Saint-Etienne a poussé Lille dans ses retranchements. Khazri a allumé la première mèche dans un angle impossible (4eme), avant que Trauco ne l’imite sur un missile bien senti à 25 mètres pour tester Mike Maignan, vigilant (15eme). Bien dans leurs crampons, les Verts sont logiquement passés devant.

Et c’est encore Wahbi Khazri qui s’est occupé de tout. L’international tunisien a d’abord obtenu un penalty au métier, poussant Bradaric à la faute, avant de transformer sa tentative avec autorité pour permettre à Sainté de débloquer la situation (1-0, 32eme). Ce but appelait une réaction lilloise, mais ce sont bien les Verts qui ont maintenu la pression pour tenter de faire le break, Khazri endossant cette fois-ci son rôle de passeur pour servir Hamouma, dont la demi-volée à obligé Maignan à se détendre (45eme).

Un LOSC à deux visages

Il a fallu attendre le retour des vestiaires pour voir Lille entrer dans son match. Une autre configuration a alors commencé. Dans une position plus attentiste, les Verts devaient s’atteler à contenir les assauts lillois. Benjamin André a sonné la révolte sur corner mais la tête de l’ancien Rennais est venue s’écraser sur la barre, à l’heure de jeu (61eme). Une première alerte avant une nouvelle cartouche – décisive cette fois-ci. Jonathan Ikoné a exploité une subtile remise de Burak Yilmaz (1-1, 65eme).

Toujours aussi dangereux par son travail de fixation, l’avant-centre turc a eu la balle de match dans les pieds une dizaine de minutes plus tard, mais il a manqué de précision malgré une position idéale (76eme). Le score n’a plus évolué. Il y a des matchs nuls qui n’arrangent personne. Celui-ci permet au LOSC de reprendre sa place de dauphin, à la faveur d’une meilleure différence de buts par rapport à Lyon, Monaco et Montpellier, qui totalisent le même nombre de points. Sainté, de son côté, stoppe son hémorragie. Un moindre mal pour des Verts encore sur courant alternatif.