Jonathan David, pourquoi ça coince ?

FEP / Panoramic

A 20 ans, Jonathan David a une énorme marge de progression. Il a le temps avant d'exploiter tout son potentiel pour s'installer au plus haut niveau. Mais avec une étiquette de recrue la plus chère de l'histoire de Lille et en héritant de la place laissée libre par Victor Osimhen, le Canadien est dans l'obligation de convaincre rapidement. Après quatre journées de Ligue 1, il n'y est pas encore arrivé. Depuis son arrivée en France, il n'a jamais été décisif, et trop rarement dangereux. Contre Nantes ce vendredi, il a une nouvelle occasion de briller pour enfin lancer sa saison. Un match qui pourrait lui permettre de prouver que son adaptation se passe bien.

Jusque-là, ça n'a pas toujours été évident. Pas dans sa meilleure forme physique, le natif de Brooklyn n'a pas réussi à utiliser ses nombreuses qualités sur le terrain. Son transfert qui a tardé à être officialisé l'a empêché d'avoir une vraie préparation physique et aujourd'hui, cela se ressent dans son jeu. Avant le match contre Marseille, Christophe Galtier en avait parlé en conférence de presse. «Je le répète, c'est un joueur qui a arrêté la compétition au mois de mars et qui a eu une préparation tronquée par sa situation, en attente d'un transfert. Il n'a joué aucun match amical. Il est arrivé en déficit de tout, de repère, d'intensité, de technique, de complicité avec le jeu. Il a besoin de séances et, surtout, il a besoin de matches»


Il doit retrouver sa condition physique et des automatismes

Pour monter en puissance, Jonathan David va devoir trouver sa place dans un secteur offensif lillois qui tourne au ralenti depuis la reprise. Testé à la pointe d'un 4-3-3 lors de la première journée contre Rennes, il est depuis épaulé par Burak Yilmaz dans un 4-4-2. Mais aucune des deux recrues stars de l'été nordiste n'a encore marqué. Et pour le joueur arrivé de La Gantoise, cela peut aussi s'expliquer par un nouveau rôle à assimiler. Milieu offensif de formation, le joueur de 20 ans a été installé à la pointe de l'attaque des Dogues pour faire parler ses qualités face au but.

Problème, il n'a évolué à ce poste qu'une douzaine de fois avant son transfert avoisinant les 30 millions d'euros. Habitué à faire la différence en venant de plus bas, notamment grâce à sa qualité de déplacement, l'ancien milieu de terrain doit s'habituer à un tout nouveau rôle d'attaquant. Pas facile pour un prodige qui manque d'automatisme et qui a souvent été contraint de décrocher pour participer au jeu lillois depuis la reprise. Avant d'utiliser tout son potentiel, Jonathan David va donc devoir mettre en avant sa faculté d'adaptation pour enfin briller avec le LOSC.