Elsner, message reçu

Plus jeune entraîneur de Ligue 1, Luka Elsner (37 ans) ne semble pas inquiet, malgré la place de premier relégable occupée par Amiens. Il s’était même dit satisfait, après l’élimination de samedi, face à Rennes en 32emes de finale de la Coupe de France (0-0, 5 t.a.b. à 4), du "très bon état d’esprit affiché" par ses joueurs. Avant de rappeler mardi, à la veille du quart de finale de Coupe de la Ligue sur la pelouse de Lille, que "l’état d’esprit ne suffit pas. Il faut montrer plus de productions offensives et que l’abnégation soit irréprochable."

Elsner, qui a passé une partie de son enfance à Nice, est diplômé d'un master en entraînement sportif. Et ce jeune technicien slovène innovant au style offensif, novice à ce niveau, s’est fait remarquer lors de son unique saison sur le banc du club belge de l’Union Saint-Gilles (D2), qu’il a emmené à la troisième place du classement et en demi-finales de la Coupe de Belgique. Mais celui qui s’est engagé pour deux ans peut-il se retrouver sur la sellette si le club picard ne s’extirpe pas de la zone rouge ?

Pas menacé... pour l'instant


Interrogé durant la trêve, son président avait assuré que ce n’était pas le cas. "Pourquoi menacer quelqu'un qui travaille bien ? Le foot est très aléatoire... Les blessures, etc... Je suis satisfait du travail de Luka Elsner. C'est une personne agréable, on peut discuter avec lui et pas seulement de football. Je prends beaucoup de plaisir", assurait Bernard Joannin sur RMC. Avant, en marge de la cérémonie des vœux du club, lundi dernier, de commencer à hausser le ton en rappelant l’urgence de la situation.

Un message bien reçu par son entraîneur. "Je pense qu’il est important que le président donne le chemin à suivre. Et tout le monde en a bien conscience. C’est un message important. Il a été clair et on doit le suivre. On avait fait cette analyse et ce constat-là en amont", a confié Elsner en conférence de presse. Et mercredi, pour "passer des paroles aux actes", il espère refaire le coup du mois d’août, quand son équipe avait dominé les Dogues à la Licorne (1-0). Même si la formation de Christophe Galtier a bien changé depuis. "Ils ont beaucoup progressé et chez eux, ils sont devenus quasiment intouchables", avoue encore cet ami d’enfance d’Hugo Lloris. Qui espère que ses hommes ne vont "pas calculer" face à un LOSC invaincu à Pierre-Mauroy lors de la première phase (huit victoires et deux nuls) : "On n'y va pas avec de la retenue."


>