PSG : La réponse de Di Maria

Panoramic

Il avait préféré en sourire. Interrogé mardi, à la veille d’un deuxième affrontement en quatre jours face à Monaco, sur une éventuelle non-titularisation sur le Rocher d’Angel Di Maria, auteur d’une prestation plus que mitigée dimanche au Parc des Princes (3-3), Thomas Tuchel s’était d’abord amusé de la question. "Mais il fait partie de vos 'quatre fantastiques', non ? Vous parlez toujours des 'quatre fantastiques'", a ainsi répondu en conférence de presse l’entraîneur parisien, avant de vanter les mérites de ce joueur qu’il "adore" et dont il loue régulièrement la "mentalité". Et qu’il a donc de nouveau aligné d’entrée mercredi à Louis-II, où l’Argentin, joueur le plus utilisé depuis le début de saison, a livré un match plein lors de cette victoire (4-1).

"Il fait beaucoup de choses décisives. Il a beaucoup de passes décisives et, si on analyse, il a aussi beaucoup d’avant-dernières passes. Et il crée beaucoup de situations dangereuses. Angel, vous savez bien que je l’aime beaucoup, avait insisté Tuchel. C’est un gars super fiable et super compétitif. Donc j’adore Angel, c’est clair, et ne je suis pas inquiet." Et il n’y avait manifestement pas de quoi être inquiet à en croire la performance livrée face à l’ASM par "El Fideo", qui a tout simplement été l’un des meilleurs hommes sur le terrain.

Icardi et Di Maria ont plu à Tuchel : 


Dans son registre habituel d’abord, puisque, outre les occasions qu’il a pu se procurer, c’est lui qui a lancé, quasiment depuis le milieu de terrain et sur un extérieur du gauche soyeux, Kylian Mbappé à la limite du hors-jeu pour l’ouverture du score, devenant du même coup seul meilleur passeur de l’élite (9). Mais aussi de par son activité, incessante, notamment au niveau défensif. Il est d’ailleurs le deuxième joueur du PSG à avoir récupéré le plus de ballons (8). Ce qui a grandement soulagé une équipe parisienne en souffrance trois jours plus tôt, qui a encore eu la preuve qu’elle aurait besoin d’une telle implication de tous ses joueurs pour aller loin. Et peut-être encore plus avec ses "quatre fantastiques", dans ce système en 4-4-2 dont Di Maria reste un élément essentiel.