OM / Dimitri Payet : "On n'a plus de joker, on n'a plus rien"

Panoramic

A Marseille, joueurs et entraîneur commencent enfin à faire preuve de lucidité. La défaite concédée au Vélodrome contre Nantes (1-2), dimanche dernier, a fait reculer l’OM au sixième rang du classement, et il n’est désormais plus question de viser une place en Ligue des champions. "Avant de regarder la troisième place, il faut déjà essayer de repasser cinquième, puis quatrième. Parce que là, on n’a rien, résume Rudi Garcia à la veille d’un déplacement délicat à Strasbourg, en ouverture de la 35e journée de Ligue 1. On doit se donner les moyens de gagner demain pour espérer revenir sur le quatrième."

Un avis partagé par Dimitri Payet. Ce ticket pour la Ligue Europa est, pour le capitaine olympien, le seul objectif encore à la portée des Ciel et Blanc dans cette fin de saison, qui les verra aussi recevoir Lyon et Montpellier, deux concurrents (plus ou moins) directs. "Pour moi, jouer une coupe d’Europe, c’est important, affirme le milieu offensif phocéen. La quatrième place est celle qui est la plus proche et la plus accessible. On a quatre matches à jouer, on n’a plus le droit à l’erreur, on n’a plus de joker, on n’a plus rien. Finir sans coupe d’Europe, ça serait quelque chose de très difficile pour nous."

La mise en garde de Garcia

La mission des Marseillais s’annonce des plus délicates puisque 5 points les séparent d’une équipe de Saint-Etienne en plein boum. Un écart qui fait dire à beaucoup de supporters et d’observateurs que la messe est dite pour l’OM. "Non, la saison n’est pas terminée, assure Dimitri Payet. Il reste encore 12 points à prendre. On a bien évidemment encore moins le droit à l’erreur qu’avant, mais tant que ça sera possible mathématiquement, on va essayer de faire ce qu’il faut pour recoller déjà, et gratter des places. Même avec une saison comme ça, on peut encore faire quelque chose. Moi, j’y crois encore."

Et qu’importe si un billet pour la C3 plutôt que la C1, espérée il y a encore de ça quelques semaines, apparaît comme un lot de consolation, "le strict minimum" dixit l’international tricolore. Vu leur situation à l’approche du sprint final, les Olympiens s’en contenteraient bien volontiers. "Pour l’instant, ce qu’on fait est insuffisant pour se qualifier en coupe d’Europe la saison prochaine, ça c’est certain. Mais on n’est pas encore au soir de la 38e journée…", rappelle Rudi Garcia, qui adresse une petite mise en garde à ses joueurs. J’aurai un œil très attentif sur leur comportement individuel."

"Je veux qu’ils sachent qu’ils portent l’écusson de l’Olympique de Marseille sur le cœur, et que ça leur donne des devoirs, dont celui de tout donner pour le club, prévient le technicien olympien. A l’heure du bilan, je vais faire attention à qui donne tout pour l’OM et qui ne le fait pas. Car si mon rôle est de protéger mes joueurs, c’est aussi d’être vigilant pour qu’ils donnent tout. Je sais quel club j’entraîne. On est l’OM, on a le devoir de tout donner jusqu’à la fin, quand bien même la situation est difficile. Elle peut paraître irrémédiable pour certains, mais tant qu’il y a de l’espoir…" Il y a de l’espoir.

Un départ ? Dimitri Payet ne s'est pas posé la question :