OL : Garcia a « beaucoup d'affection pour Cherki »

C’est l’une des attractions de la saison du côté de l’Olympique Lyonnais. S’il n’a plus joué avec les pros depuis le 9 février contre le PSG (4-2), Rayan Cherki a déjà marqué les esprits du haut de ses 16 ans, notamment à l’occasion des 16emes de finale de Coupe de France contre Nantes (3-4). De quoi consoler en partie des supporters lyonnais évidemment déçus par les difficultés des Gones en Ligue 1. Pour Rudi Garcia, en revanche, c’est un cas particulier à gérer : « Cherki comme le Hazard que j’avais lancé à Lille ? L’avenir nous le dira, mais c’est un joueur que j’ai lancé alors que j’avais encore Memphis Depay et Jeff Reine-Adélaïde, a rappelé l’entraîneur rhodanien. Ce qui me plait chez Rayan c’est qu’il aime travailler, il aime le football, il suit. Il est à l’écoute, bien entouré et conseillé ».

Garcia : "Il faut aussi un côté paternaliste avec Cherki"

 

Et l’ex-coach de l’OM de reprendre : « Tant qu’il restera humble et qu’il travaillera, il continuera à progresser. C’est aussi à moi de le gérer en l’utilisant avec parcimonie. Il n’a que 16 ans. Il y a tout l’aspect psychologique qui va avec. Je serai certainement plus exigent avec lui qu’avec les autres mais il faut aussi un côté paternaliste et de temps en temps, lui dire que ce n’est pas bien. J’ai beaucoup d’affection pour lui, je crois évidemment en lui et je pense qu’il peut devenir un très grand ». Le phénomène lyonnais va en tout cas devoir digérer cette éclosion express, lui qui s’est montré très agacé en Gambardella contre le PSG, samedi (5-1).